AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 • You know you love me... {PV}

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: • You know you love me... {PV}   Sam 12 Jan - 22:50

Leah ouvrit difficilement les yeux et les referma tout aussi brutalement. Le soleil était haut dans le cil déjà, et brillait douloureusement pour les yeux fatigués de la jeune femme. Elle fronça les sourcils. Il pleuvait quand elle avait déposé Nate à sa résidence. Le reste… Elle ne s’en souvenait pas. Elle se redressa lentement et étouffa un gémissement. Son cou lui faisait mal. Elle vit alors qu’elle portait la chemise de Nate, et qu’au niveau du cou, justement, elle lui collait à la peau. Elle posa sa main dessus et poussa un hoquet de surprise en la voyant pleine de sang. Elle se leva d’un coup et faillit tomber. Tout tanguait autour d’elle. Elle se dirigea vers la salle de bains, écarquillant les yeux devant l’état de son cou. Elle nettoya la plaie, enlevant le sang séché. Elle vit alors deux petits trous, positionnés pile sur une grosse artère. Elle voulut appeler Nate mais il se serait inquiété. Inutile de le déranger pour si peu…

*


Nathaniel l’évitait, elle en aurait mis sa main au feu. Et elle ne comprenait pas pourquoi. Deux semaines s’étaient écoulées, et pourtant, elle ne l’avait pas revu. C’était à peine s’il répondait à ses appels. A croire qu’il regrettait ce qui s’était passé. Elle même commençait à se demander s’ils n’avaient pas eu tort, vu la façon dont il réagissait. Tout ça l’énervait. Sans parler du fait qu’elle se sentait bizarre depuis quelques temps. Elle avait l’impression très désagréable de mieux entendre, mieux sentir. Elle avait sans cesse faim mais aucune nourriture ne semblait la rassasier, à part les viandes bien saignantes. Elle qui avait toujours été presque végétarienne…

La nuit tombait lentement sur San Francisco. Elle voulait le voir, lui parler, ne pas lui laisser le choix, qu’il ne puisse pas se défiler encore une fois. Elle pénétra dans la résidence, suivie rapidement par les regards soit intéressés soit interloqués des habitants. Visiblement, les filles ne s’aventuraient pas ici, ou, en tous cas, pas au vu et au su de tous. Elle trouva rapidement la chambre de Nathaniel mais son co-locataire lui répondit, un peu mal à l’aise, que le jeune homme était sorti dans la matinée et qu’il ne l’avait pas revu, mais rien ne l’empêchait de lui laisser un message. Leah refusa poliment, le remercia et repartit. Visiblement, il avait tourné la page très vite. Comment avait elle pu être aussi naïve et ne pas comprendre immédiatement qu’il n’avait jamais eu l’intention de la revoir après avoir eu ce qu’il voulait ?

La jeune femme erra sans but un long moment. Il faisait totalement nuit à présent. C’était la première fois qu’elle s’aventurait seule après la tombée du jour, depuis cette fameuse journée. Leah enfonça les mains dans ses poches. De toute façon, en temps normal, elle se baladait avec une bombe lacrymogène et d’autres accessoires qui en refroidissaient plus d’un. Elle se demanda soudain pourquoi elle n’avait pas pu se défendre. Elle était rapide et avait pris à se battre dans la rue. Rien de mieux. Pourtant, elle n’avait pas lutté. Peut être parce qu’elle connaissait celui qui lui avait fait ça. Elle secoua la tête. Totalement stupide. Nathaniel ne s’en serait jamais pris à elle, sans parler du fait qu’il n’aurait pas eu le temps de la rattraper sans qu’elle en s’en rendre compte. Elle sortit de ses pensées et réalisa qu’elle était au pied du Golden Gate Bridge. L’endroit où pas mal de couples aimait se retrouver. Elle soupira en entendant des gémissements à sa droite. Il faisait sombre, pourtant elle savait parfaitement où ils étaient. Elle s’approcha de la rive, évitant soigneusement de tourner la tête à sa droite. Mais quand elle entendit un gémissement, elle se releva brusquement.

« Hey, est ce que tout va bien ? » Elle s’arrêta en entendant le bruit d’un corps qui tombait mollement sur le sol. Elle mit la main dans son sac et s’approcha. Une forme sortit de la pénombre et elle crut que son cœur allait s’arrêter de battre quand le clair de lune éclaira les traits délicats du jeune homme face à elle…
Revenir en haut Aller en bas
Russel T. Bonham
Fangy Admin || Pull me Under
avatar

Nombre de messages : 323
Mood : Bloody
Powers : Everything burns in my hands 'cause I can control and creat fire
Date d'inscription : 02/09/2007

Beyond Eternally
RELATIONSHIPS:
CLAN: The fucking manipulated ones

MessageSujet: Re: • You know you love me... {PV}   Sam 12 Jan - 23:26

Deux semaines. Deux longues semaines, pendant lesquelles j’ai bien pris soin d’éviter la route de Leah. Enfin, elle m’a appeler, trop souvent pour que je continu de filtrer ses appels. Tôt ou tard j’ai été obligé de lui répondre, trouvant des excuses qui sonnait faux à mes oreilles mais qui avaient l’air de la satisfaire. Je m’en veux un peu de lui avoir fait ce que j’ai pu lui faire>. Il n’y a pas que la morsure qui entre en compte, le fait d’avoir falsifié sa mémoire ne me plait pas beaucoup. En tout cas, elle n’avait pas du tout l’air de se rappeler de grand chose, enfin l’essentiel elle ne l’a pas oublié. J’aurais peut être dû tout lui ôter, tous les souvenirs lier à cette journée, qu’elle oubli ce que nous avions pu faire. Mais je ne pouvais pas me permettre de faire une telle chose. Supprimer le petit souvenir du passage de la morsure avait déjà été assez pénible, il était inutile d’en rajouter.
Elle va sûrement se lasser de m’appeler et de tomber sur une boite vocale. Elle va sûrement finir par venir me voir. Je n’en doute pas une seule seconde. Sauf que si jamais elle fait cela, je ne serais pas là. Reid, ne saura pas où je suis, et ne pourra pas l’aider. Je ne lui dit jamais où je vais, ou si je dois le faire, je cherche une excuse. J’ai eu de la chance de tomber sur un type comme lui. Le genre de type qui se prend pas la tête, et qui cherche pas à en savoir plus qu’il ne le devrait. En fin de compte, je crois que je commence à l’apprécier plus qu’il ne le faudrait. Deux semaines. J’ai réussit à tenir deux semaines sans me nourrir. Je n’ai pas voulu chasser, le goût du sang de Leah est resté dans ma gorge aussi longtemps. Après un tel ‘festin’ le sang de n’importe quel autre mortel sera bien fade, je le sais. Mais me laisser mourir de faim n’est pas non plus la solution, cela aussi je le sais. Leah, Leah… A cause de toi je n’ose plus me nourrir. A cause de toi, je n’ose plus aller en cours de peur de blesser quelqu’un qui ne le mériterait pas. Et depuis quand je m’inquiète pour des innocents? Ah oui.. Depuis que j’ai la police de San Francisco sur le dos. C’est vrai.

J’ai quitté assez tôt ma chambre, sans pour autant me rendre en cours. Mes absences répétées vont finir par attirer l’attention. On a beau être premier de sa classe, s’absenter trop longtemps sans donner de raison valable risque d’être tout aussi risqué que pour le cancre de la classe. Tant pis, au pire je perdrais ma place, je serais renvoyer et je pourrais retourner en France, loin de cette vie de merde, et de tous ses soupçons. Loin d’elle. Est-ce que je pourrais tenir? Ça j’en doute. J’ai traîné dans les rue de la ville toutes les journée, décidant de m’enfermer dans un bar en fin de soirée. C’est dans ce genre de coin que je trouve ma prochaine victime. Compagnon d’une nuit, ou jeune homme aux centres d’intérêts proches des miens, qui me distraira un peu avant de ne plus me plaire. Ce soir, je vais m’en prendre à cette jolie brune qui se trouve près du bar. Jolie.. Son minois est des plus charmant, son style des plus vulgaire. Ses fines jambes croisées, font remonter de façon ostentatoire sa jupe sur ses cuisses, son décolleté un peu trop plongeant fait baver tous les hommes de l’assemblée. J’ai attendu qu’elle en soit à son deuxième verre de vodka pour m’approcher. Le sang d’une personne qui vient de boire possède un goût très spécial que j’apprécie. Comme à chaque fois que je chasse, il ne m’aura pas fallu bien longtemps pour l’attirer au dehors. La nuit est magnifique, pas un seul nuages ne vient troubler ce ciel noir. La brise fraîche qui s’est levée n’est pas gênante et permet de traîner dehors sans avoir trop froid. Une soirée parfaite pour tuer. Les abords du Golden Gate commencèrent à se dessiner sur cette masse sombre. Je la laisse faire, la suis sans rien dire, me contentant de lui rendre ses sourires, de la laisser me toucher, m’embrasser sans rien faire. Pour le moment, je ne peux pas agir sur un pont plein de monde. Je connais cet endroit, j’y suis déjà venu que se soit avec Nikki ou avec une autre proie. Plus discret on ne peut pas trouver. Sarah, a l’air de connaître aussi. Sans le savoir elle vient de m’entraîner dans l’un des coins le plus isolé, loin de tout. Des caresses et des baisers, les prémices d’une ‘union’. Sauf que nous n’irons jamais plus loin. Je me suis donné à une seule personne, et il est hors de question qu’une autre me ‘possède’, ne serait-ce que pour une courte nuit. Je l’ai empêcher de continuer de déboutonner ma chemise, l’obligeant à s’arrêter au troisième bouton. Tu as joué ma douce, à mon tour. Son désir est monté d’un cran quand mes baisers glissèrent dans son cou, quand mes crocs s’enfoncèrent violemment dans sa gorge. Ma soif, mes instincts reprennent le dessus. Le vampire ‘civilisé’ laisse place à la bête qui se fiche pas mal d’être souiller du sang d’un autre, qui se fiche pas mal de savoir si il fait mal ou non. Je n’ai pas envie d’être doux, je veux qu’elle souffre. Ces gémissements de ‘plaisirs’ changèrent, se muant doucement en des gémissements de douleur. Elle a tenté de me repousser, je lui ai brisé le poigné pour l’empêcher de le faire. Elle est plus résistante que je ne l’avais pensé. Une nouvelle odeur est venue se mêler à celles de son sang et de ses larmes. Une odeur que je connais trop bien et qui me rend encore plus fou que je ne peux déjà l’être. Les battements du cœur de Sarah viennent de s’arrêter, son regard voilé fixant le ciel noir. Je l’ai lâché, laissant son corps sans vie s’effondrer au sol comme une vulgaire poupée démembré. Son sang ruissèle sur mon menton, gouttant sur le sol, tâchant le col de ma chemise. Ce sera la deuxième que je bousille en deux semaines. Leah. C’était bien elle. Elle est juste là à quelques mètres de moi, fixant le coin d’ombre où je me tiens sans me voir. D’un revers de manche, j’ôte ce liquide rouge qui tâche ma peau, passant ma langue sur mes crocs. D’un geste leste je me suis relevé, hésitant à sortir de ma cachette, pour enfin m’avancer sous la pâle clarté de la lune. Que puis-je dire? Moi dont la chemise et les mains sont pleines de sang? ‘Bonsoir Leah, comment vas-tu?’ Ce serait la prendre pour une parfaite idiote. Surpris de la voir ici, je le suis. La stupeur, mes iris rouges doivent la refléter.


"Qu'est-ce que tu fais là, Leah?" J’avoue, ce n’est pas mieux que l’autre mais tant pis, je ne sais pas quoi dire de toute façon. Je me sens trop bête, bête d’avoir été pris en pleine ‘action’…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: • You know you love me... {PV}   Dim 13 Jan - 3:53

Oh mon dieu, non. Tout ce que vous voulez mais pas ça. Pas lui. Je ne veux pas que mon pire cauchemar ne devienne réalité. Nate ne peut pas être là devant moi. J’ai vu tellement d’horreurs depuis que j’ai commencé à fourrer mon nez partout où il ne fallait pas. Tellement de personnes qui voulaient que je leur prouve que leurs proches n’étaient pas les monstres qu’ils avaient peur qu’ils soient. Aimer… Je croyais savoir ce que c’était avant de le rencontrer. Je me suis trompée sur toute la ligne. Je n’en avais pas la moindre idée en réalité. Peut être avais je peur de réellement aimer, et d’être confrontée à ce que je vois tous les jours…

Leah ferma les yeux un bref instant, avant de reculer, fixant Nathaniel de son regard pâle. Il semblait tout aussi surpris qu’elle. Sauf qu’à présent, elle était atterrée plus qu’autre chose. Il sortit un peu plus de la pénombre et elle mit une main devant sa bouche. Il était maculé de sang et ses yeux étaient… Rouges. Un frisson glacé de terreur la parcourut. Elle jeta un regard au corps allongé dans l’herbe. Elle pouvait sentir l’odeur du sang. Et ce goût cuivré qu’elle avait terriblement envie de sentir au fond de sa gorge. Elle secoua la tête, reculant encore tandis que le jeune homme se rapprochait. Ses yeux rouges lui faisaient plus peur, bien plus peur que le sang sur ses lèvres et sur ses vêtements. Sa chemise trop entrouverte pour que ça n’en devienne pas suspect.

« Je ne sais pas… »
murmura t’elle. « Et toi, qu’est ce que tu fais ici ? Qu’est ce que tu as fait à cette fille ? Avec cette fille…»

Sa voix mourut. Ses yeux se remplirent de larmes. Elle détourna la tête. Elle lui en voulait plus pour lui avoir menti, pour avoir couché avec cette fille dans ce coin sordide, et probablement un tas d’autres depuis ces deux semaines, que parce qu’il venait de la tuer. Elle le regarda à nouveau, refusant de croire ce qui était pourtant si évident. Sauf que quelque chose ne tournait pas rond. Il était plein de sang mais n’avait aucun arme sur lui. Elle regarda à nouveau le cadavre mais rien ne brillait plus ou moins près de la forme immobile.

« Qui es tu… »

Elle recula et fit prestement demi tour, mais il fut plus rapide et la rattrapa, la ceinturant fermement. Elle se débattit mais sa poigne était trop forte. Elle cessa de tenter de se dégager, sentant le souffle du jeune homme dans son cou. Elle lui tournait le dos, collée à lui, mais ne voulait pas le regarder, ni même tenter. Au fond, c'était aussi bien qu'il la tienne aussi fermement. Son regard sang lui faisait trop peur. Elle voulait croire que ce n’était pas vraiment Nate mais le contact de sa peau, son parfum… Elle ne pouvait avoir aucun doute sur ça. Il n’y avait qu’un seul et unique Nathaniel Klemmer, et c’était celui qui la maintenait si fermement contre lui. Elle ferma les yeux, se sentant encore entourée par cette odeur de sang. Une faim indescriptible s’empara brutalement d’elle, pour disparaître aussi soudainement qu’elle était apparue.

« Tu vas me tuer, n’est ce pas… Pourquoi Nate ? Tu sais bien que je n’aurais jamais pu rien dire… Pourquoi tu ne m'as pas fait confiance ? »
Revenir en haut Aller en bas
Russel T. Bonham
Fangy Admin || Pull me Under
avatar

Nombre de messages : 323
Mood : Bloody
Powers : Everything burns in my hands 'cause I can control and creat fire
Date d'inscription : 02/09/2007

Beyond Eternally
RELATIONSHIPS:
CLAN: The fucking manipulated ones

MessageSujet: Re: • You know you love me... {PV}   Dim 13 Jan - 10:54

‘Avec cette fille…’ Leah, ma Leah.. Je n’ai rien fait avec cette fille. Je lui ai juste fait croire que je ferais quelque chose avec elle, je l’ai toujours fais, même avant de me perdre dans tes bras. Leur faire croire à toutes que je suis prêt à m’abandonner dans leur bras, comme tous ces hommes aux instinct de bête qui ont besoin de ‘s’unir’ à toutes les créatures féminines qui leur passent sous la main. J’aurais pu être comme eux, moi qui exerce un attrait si particulier sur les femmes. J’aurais pu me perdre dans cette folie et ‘coucher’ (que je déteste ce terme) avec la première venue il y a un siècle. Je ne l’ai pas fait, je ne l’ai jamais fait. J’ai attendu un siècle pour le faire, j’ai attendu de croiser ta route Leah, pour m’abandonner à mes instincts d’animal. Car c’est ce que nous sommes non? Des animaux, moi plus que les autres.
Je lui fait peur. Je la comprend. Le Nate poli, premier de sa classe n’est plus. Celui qu’elle peut voir en ce moment c’est l’autre Nate, celui que je suis vraiment et que je tente de cacher aux yeux des autres. Qu’ai-je fait à Sarah? Je l’ai tué.


"Je l’ai tué… mais ne crois pas que j’ai fait quoi que se soit avec elle"
Ma voix m’étonna. Une voix glaciale, dure, dénuée de sentiments. J’ai sortit ça comme ça, sans réfléchir. De toute façon elle ne dira rien, et si jamais elle le fait… je serais obligé de l’éliminer. Croyez moi cette perspective ne m’enchante aucunement. En y réfléchissant bien, je serais peut être prêt à mettre un terme à ma longue vie, plutôt que de vivre sans elle, être obligé de supporter son regard empli de haine et de peur. Je ne le pourrais pas.
Qui je suis? Là, la réponse ne fut pas aussi évidente. De toute façon au point où j’en suis je pourrais me permettre de tout lui dire, d’arrêter de lui cacher. Elle m’a vu au moment où je ne contrôlais plus rien, au moment où celui que je suis vraiment a pris le dessus. A quoi bon tenter de lui faire croire autre chose. Sauf qu’elle refuse de croire que c’est moi qui est pu tuer cette fille. Ses réflexions m’auraient fait rire si nous nous étions trouvés dans une autre situation. Je l’ai rattrapé avant qu’elle n’ai eu le temps de faire deux pas, mes bras enserrant fermement sa taille. J’ai enfoui mon visage dans le creux de son cou, fermant les yeux pour mieux sentir son odeur. Odeur différente. Depuis qu’elle est arrivée ici je la trouve différente. Je me voile la face moi aussi, je ne veux pas croire que j’ai commis une telle erreur, et qu’elle sera bientôt un monstre comme moi. Je ne le voulais pas, elle ne mérite pas un tel sort. Il faut dire que je n’ai jamais créer de ‘nouveau-né’, mon maître ne m’a jamais réellement expliqué comme il faut procéder. J’ai pu, non j’ai sûrement du commettre une erreur avec elle…


"Tu fais face à ta propre mort et tu n’as pas plus peur que cela? Tu m’intrigues Leah, tu sais? Je n’ai jamais eu l’intention de te faire du mal, et pourtant j’ai tout de même réussit à te blesser. J’en suis vraiment désolé…." Soufflais-je en la serrant un peu plus contre moi, une de mes mains cherchant la sienne. Blesser, dans les deux sens du terme. Je t’ai blessé physiquement, les deux traces qui sont restées un moment dans ton cou le montre bien. Je t’ai aussi blessé moralement. Tu as souffert de mon absence, t’imaginant que j’avais réussit à t’oublier, à tourner la page en couchant avec des filles que je ne connaissais à peine. Je n’ai jamais eu l’intention de te tuer, cela ne fait aucunement partit de mes plans. Et pourtant, si mes peurs s’avèrent être vraies, c’est ce que je viens de faire. Te tuer, pour que tu vives une éternité.
"Et pour répondre à ta seconde question… je ne suis rien. Juste un monstre qui se nourrit du sang des autres, pour pouvoir survivre. Un parasite qui ne peut pas vivre par ses propres moyens…." Qu’elle me croit ou non, peu m’importe, je lui ai dit, de façon indirecte c’est vrai mais je lui dit. Tout ne tient qu’à elle de me croire ou non. Elle m’appartenait depuis le jour où je l’ai mordu pour la première fois. Si j’ai commis l’erreur de la changer, je vais devoir rester avec elle, ne pas la quitter pendant un moment pour éviter qu’elle ne fasse n’importe quoi. Les ‘nouveaux’ vampires sont dangereux je le sais. J’ai subi les conséquences de leur folies pendant mon séjour en Alaska. De petites traces blanches, à peine visible mais qui restent bien présente, et qui parsèment mon corps. Deux petites larmes de sang ont perler au coin de mes yeux, se perdant dans la barrière de mes cils. Peine? Frustration? Colère? Sûrement. Je suis peiné pour Leah. En colère contre moi-même, frustré de me rappeler aussi fortement les souvenirs de ce que j’ai pu vivre en Alaska.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: • You know you love me... {PV}   Dim 13 Jan - 17:36

Il n’avait rien fait. Il avait une drôle de conception du faire et du ne pas faire. Il la tenait fermement contre lui, l’empêchant de s’en aller sans pour autant lui faire mal. Sa voix était atone, c’était comme si quelqu’un d’autre parlait avec la voix du jeune homme. Il avait enfoui plus profondément son visage dans son cou, et lorsque Nathaniel se remit à parler, elle eut l’impression qu’il parlait dans sa tête. Elle ferma les yeux, espérant que ce n’était qu’un horrible cauchemar, qu’elle allait se réveiller et se rendre compte qu’elle avait juste rêvé. Mais elle savait, douloureusement, qu’il n’en était rien. Elle ne savait pas vraiment ce qu’elle avait vu, ou plutôt, préférait ne pas le savoir. Elle savait juste qu’elle ne verrait plus rien d’autre, qu’il ne pourrait pas la laisser partir en faisant comme si de rien n’était.

Pourquoi aurait elle eu peur de mourir ? Elle n’avait pas envie de vivre avec un tel poids sur la conscience, elle n’avait envie de vivre avec ces visions qui la hanteraient jusqu’à la fin de sa vie. Ça la soulageait presque de savoir que cette fin était plus proche qu’elle le pensait. Pourtant, elle réalisa qu’il ne voulait pas la tuer. Il s’en voulait même de l’avoir blessée. Et s’en excusait. Elle rouvrit les yeux, tournant légèrement la tête sans pour autant voir le jeune homme. Un meurtrier ne s’excusait pas. Elle regarda l’eau, ayant juste envie de disparaître dans les flots couleur d’encre. Nate la serra un peu plus contre lui, lui prenant doucement une main. Sans réellement savoir pourquoi, elle se blottit un peu plus contre lui, emmêlant ses doigts avec les siens.

Il n’était pas un monstre. Encore moins un parasite. A ses yeux, il ne serait jamais rien de tout ça. Jamais. Le pouce de la jeune femme caressa doucement la main de Nathaniel. Il desserra lentement son étreinte. Elle aurait pu s’enfuir, mais elle n’en fit rien. Elle se retourna, obligeant le jeune homme à la regarder. Ses yeux avaient repris leur teinte initiale, mais même sans ça, elle n’aurait pas eu peur de lui. Plus maintenant. Elle lui caressa doucement la joue, essuyant sur son visage le sang qu’il n’avait pas lui même enlevé. Puis elle se rapprocha, embrassant délicatement les lèvres fraîches de Nate.

« Tu n’es pas rien. Pour moi, tu es beaucoup plus que tu ne peux l’imaginer. Je n’ai pas la moindre idée de ce qui va arriver maintenant, mais si tu ne l’es pas, ça m’est complètement égal de savoir si je vais vivre ou mourir.
J’ai peur, mais pas pour moi. Je ne veux pas que tu finisses je ne sais où, comme cobaye ou pire encore. Je t’en prie, dis moi ce que tu es vraiment. Je ne partirais pas. Je n’en ai jamais réellement eu l’intention… »
Revenir en haut Aller en bas
Russel T. Bonham
Fangy Admin || Pull me Under
avatar

Nombre de messages : 323
Mood : Bloody
Powers : Everything burns in my hands 'cause I can control and creat fire
Date d'inscription : 02/09/2007

Beyond Eternally
RELATIONSHIPS:
CLAN: The fucking manipulated ones

MessageSujet: Re: • You know you love me... {PV}   Dim 13 Jan - 18:11

C’est dans ce genre de moment que je suis bien content d’avoir tuer Nikki et de posséder son don de télépathie. Toutes ses pensées, je les entends, aussi clairement que si elles avaient été prononcé à haute voix. Malheureusement, ce n’est pas un cauchemar et tu as bien vu ce que tu as vu. En revanche, ne crois pas que je vais t’empêcher de partir, que je vais te tuer juste parce que tu m’as vu dans cet état. Se serait peut être mieux pour toi, c’est vrai, mais je ne peux pas te faire une chose pareille. Elle a légèrement tourner la tête, se laissant aller contre moi, sa main prenant la mienne. Pour quelqu’un qui se trouve près d’un vampire elle réagit plutôt bien. Après tout, elle s’et déjà retrouvé dans mes bras, je l’ai déjà touché, et elle n’avait pas eu peur. Oui, mais ces fois là, elle ignorait encore tout de moi et de ce que je peux être. Mon regard s’était posé sur un point imaginaire loin devant nous, mon menton doucement appuyé sur son épaule. De légers frissons me parcoururent un cours instant quand je sentis son pouce caresser ma main. Main tiède, à la couleur presque ‘normale’, et non pas ce blanc presque maladif qui lui est habituel. Sans vraiment le vouloir, j’ai desserré mon étreinte lui permettant de se dégager et de se tourner vers moi pour me faire face. Je ne lis plus de la peur dans son regard, c’est une bonne chose. Doucement je ferme les yeux, laissant un instant ma tête s’appuyer contre la main qu’elle a posé sur ma joue. Un vrai petit mortel, profondément épris de sa petite amie. Si on m’avait dit qu’un jour je serais comme cela, j’en serais mort de rire je pense. Je l’ai laissé faire, répondant à son baiser avec, au prix d’un effort surhumain, le plus douceur que j’étais capable de lui donner. Je n’ai pas tout de suite rouvert les yeux, l’écoutant en silence, mutisme parfait qui aurait pu lui faire croire qu’elle parlait à une statue de pierre. Un cobaye? Si jamais quelqu’un apprend ce que je suis, je ne serais pas u cobaye mais un magnifique trophée de chasse qui ornera la cheminée du chasseur qui aura réussit à m’avoir. Les chasseurs, ils sont de plus en plus nombreux en ville. Présences qui rendent les choses encore plus difficiles qu’elles ne le sont déjà. En plus des agents fédéraux qui bossent sur l’enquête ‘Nikki’, j’ai aussi la chance d’avoir les chasseurs de la ville à mes trousses. Mais que demander de mieux franchement?

J’ai esquissé un fin sourire, un sourire amère en entendant la fin de sa phrase. Bien, il est temps de refaire les présentation j’imagine. Lentement, je me suis éloigné d’elle, me redressant de toute ma hauteur, mon regard quelque peu amusé posé sur elle. Un nouveau sourire est venu prendre la place de l’autre. Un sourire plus amusé, assortit à la lueur mutine qui brille dans mes pupilles.


"Bien, si tu veux vraiment le savoir. Le temps des présentations vient de revenir on dirait. Je me présente jolie demoiselle, Nathaniel Preston Alexander Klemmer, étudiant en médecine à l’université Golden Gate. Diplômé de la faculté de médecine de Paris. Vampire à plein temps…" J’ai esquissé une légère courbette, comme on m’avait appris à le faire, du temps où je vivais en Italie, c’était classe à ce qui paraît. Elle n’a pas bougé, me fixant comme si j’étais je ne sais quoi. Ma blague tombe à l’eau on dirait. Pour la première fois, je suis bien incapable de lire dans ses yeux, il m’est impossible de savoir si son mutisme est dû à de la peur, de l’incompréhension, une envie soudaine de rire devant ce qui pourrait être pour elle la blague la plus lamentable de l’année. Je me suis rapproché, trop vite pour qu’elle comprenne que j’ai bougé. Un lourd silence, troublé par le bruit de l’eau et des voitures au-dessus de nos têtes, s’est installé entre nous. J’ai horreur de ce genre de silence à deux sous, qui me mettent les nerfs en pelote.
"Leah, je t’en pries, dis-moi quelque chose, fais quelque chose. N’importe quoi. Ris-moi au nez, gifle-moi, par en courant, mais je t’en pries fais quelque chose" Là je me sens faible et incompétent. Il faut dire que c’est la première fois en plus d’un siècle que je révèle mon ‘secret’ à quelqu’un. Elle m’a dit qu’elle ne partirait pas. S’attendait-elle à une telle chose? Si jamais elle revenais sur sa décision, je ne lui en voudrais pas. Je ne pourrais jamais lui en vouloir de toute façon….
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: • You know you love me... {PV}   Dim 13 Jan - 22:28

Leah le laissa s’éloigner d’elle, le fixant avec une légère perplexité. Son sourire et son regard amusés la rendirent encore plus perplexe qu’elle ne l’était déjà. Elle ne put s’empêcher d’écarquiller brièvement les yeux. Une révérence. Elle était plus marquée par la révérence passée de mode qu’il venait de faire que par ce qu’il venait de dire. Perdue dans ses pensées, elle ne le vit pas bouger et ne put s’empêcher de sursauter quand il se retrouva à nouveau près d’elle. Elle leva la tête vers lui. Qu’elle parle ? Il était médecin mais suivait à nouveau un cursus d’études médicales. Ah oui, et il était vampire. Rien d’anormal, somme toute. Alors, qu’aurait elle pu bien dire.

« On avait pas le droit d’avoir d’animal à l’orphelinat. Pourtant je rêvais d’avoir un chien. Un beau labrador que j’aurais appelé Preston. Je ne sais pas pourquoi, mais j’adore ce nom. Sûrement parce qu’une de mes amies de l’école en avait un comme ça. Elle avait une famille alors elle pouvait se permettre d’avoir un chien… »

Elle secoua légèrement la tête.

« Que veux tu que je te dise ? Que je m’en doutais ? Tu sais bien que non. Que ça m’est égal ? Non, c’est pas du tout le cas…
Je suis perdue, Nate. Si je ne t’avais pas vu faire… Ce que tu as fait, je ne sais pas si je t’aurais cru. A présent, je me demande… A vrai dire, je ne sais pas ce que je me demande. Un vampire… Pour moi, ce n’est… N’était… Qu’une légende destinée à effrayer les adolescents en mal de sensations fortes. Mais je ne suis pas une adolescente, et je suis sûrement beaucoup trop terre à terre. Et… Une minute. C’est toi les traces que j’ai dans le cou ? Et ces envies de sang ? »


Elle lui fila un coup de poing dans l’épaule puis recula.

« Non mais je rêve ! Tu m’as prise pour ton quatre heures ! »

Elle lui tourna le dos, les mains sur les hanches. Elle devait se calmer. Elle avait envie de lui hurler dessus encore plus fort qu’elle ne venait déjà de le faire. Mais elle ne devait pas attirer l’attention sur eux. Un vampire. Elle ne pourrait jamais l’abandonner, même si elle se doutait bien qu’un jour, elle finirait par le perdre. Quand elle serait trop vieille pour que ça n’en devienne pas louche entre eux. Sa colère tomba subitement. Elle passa une main sur son visage. Elle aurait préféré qu’il la tue comme cette fille, elle n’aurait jamais eu à affronter tout ça…
Revenir en haut Aller en bas
Russel T. Bonham
Fangy Admin || Pull me Under
avatar

Nombre de messages : 323
Mood : Bloody
Powers : Everything burns in my hands 'cause I can control and creat fire
Date d'inscription : 02/09/2007

Beyond Eternally
RELATIONSHIPS:
CLAN: The fucking manipulated ones

MessageSujet: Re: • You know you love me... {PV}   Lun 14 Jan - 16:27

Une détective qui tente de faire de l’humour, ça doit donner à peu près ce que je viens d’entendre. Quoi que, il est normal qu’elle sort une ânerie pareille après ce que je viens de lui dire. Je suis resté debout devant elle sans bouger, me contentant de la fixer, attendant la suite, qui n’allait pas tarder à arriver.
Je n’ai rien dit, honnêtement pour une fois je ne sais pas quoi dire pour ma défense. Comme quoi, il ne faut jamais penser que les histoires qu’on peut nous raconter pour nous faire peur ne sont que de simples histoires. Je n’ai pas pu m’empêcher d’esquisser un léger sourire en entendant sa remarque concernant son point de vue sur les vampires. Si je n’avais pas été sauvé par l’un d’eux, j’aurais pensé comme elle. En fait, si je n’avais pas été mordu, je ne serais plus là depuis bien longtemps. Au fond, cette situation aurait peut être été mieux pour tout le monde, surtout pour elle. Je n’ai pas répondu à sa question elle ne m’en a pas laissé le temps en fait. Son coup, si je ne l’avais pas vu me le donner je ne l’aurais même pas sentit. De nous deux, c’est elle qui a du avoir le plus mal en fait.
Elle me tourne le dos, ressentant sa colère comme si elle venait de moi. Ses pensées me blessent. Elle a raison. Si jamais elle veut toujours de moi, un jour où l’autre je devrais la quitter, pour éviter d’attirer les soupçons, pour éviter qu’elle ne souffre de me toujours comme si je suis aujourd’hui, alors qu’elle aura bien changer. Le temps ne l’épargnera pas uniquement parce qu’elle ‘sort’ avec un être immortel. A moins que je ne la transforme, mais ça je ne peux pas m’y résoudre. Je tente toujours de croire que je n’ai rien fait, malgré ce qu’elle vient de me dire. Des envies de sang? Pourquoi ne m’as-tu pas appris à changer un mortel en vampire, Jasper? Je n’ai jamais vraiment manifesté une véritable envie de tout savoir sur notre monde, au contraire, j’étais plutôt du genre à m’apitoyer sur mon sort, à regretter cette vie que je n’avais pas choisis et qu’aujourd’hui je devais subir. J’aurais dû profiter de la chance d’avoir un ‘maître’ et lui poser toutes les questions qui aujourd’hui me tourmentent. Je pourrais le chercher, mais cela me prendrait beaucoup trop de temps, et il serait sûrement trop tard. Mon quatre heure? Leah, si seulement tu pouvais savoir l’effet que peut avoir l’odeur de ton sang sur moi. Si seulement tu pouvais savoir à quel point il est difficile de lutter dans ce genre de situation.

J’ai finit par bouger, libérer de ce mutisme qui s’était emparé de moi. Une fois encore je me suis approché d’elle, passant mes bras autour de sa taille si fragile. Sa colère s’est calmée, mais elle est toujours présente, et le moindre faux pas pourrait le faire remonter à la surface.


"C’est bien moi l’auteur de ces traces. Je m’en veux, vraiment. Je pensais être capable de résister à l’appel de ton sang à l’arôme si unique. Je me suis lourdement trompé. Tu es bien la seule à produire un tel effet sur moi…." J’ai déposé un léger baiser à l’endroit où pouvais encore se deviner les deux petites marques rouges. Je m’en veux, c’est vrai, alors pourquoi ai-je encore envie de mordre dans cette peau si pâle? Parce que je ne suis qu’un monstre, même si elle tente de me persuader du contraire, en me disant que pour elle je ne suis pas une telle chose. Nous sommes restés comme cela pendant un bon moment, il m’est d’ailleurs impossible de dire combien de temps. Toujours est-il qu’une partie de sa phrase me revint à l’esprit. Inutile de continuer à me voiler la face. Si jamais j’ai vraiment déclenché en elle le processus de transformation, je vais devoir terminé ce que j’ai commencé.
"Leah… Tu as dit avoir des envie de sang… Depuis combien de temps? Quand est-ce que ces envies se manifestent? Est-ce que ton humeur change souvent, es-tu devenue plus.. violente ces derniers temps?" On dirait que je lui fais subir un interrogatoire. Pour moi s’en est un. En fonction de ses réponses, je saurais ou non, si mes doutes sont fondés. J’ai fermé les yeux, mon front posé contre son épaule, écoutant les battements rapides de son cœur. Attendant patiemment qu’elle me réponde….
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: • You know you love me... {PV}   Mar 15 Jan - 0:34

Leah sursauta légèrement quand il l’enlaça. Il était si silencieux, elle ne l’avait pas entendu se rapprocher. Elle retint un soupir quand il avoua l’avoir mordue. Ça ne l’étonnait même pas. Elle sourit. Il avouait être incapable de lui résister. Avant de se rendre compte qu’ils en souffriraient tôt ou tard. Elle frissonna légèrement en sentant ses lèvres glacées dans son cou. A croire qu’il adorait la torturer ainsi, de façon si sensuelle. Elle se laissa doucement aller contre lui. Ses bras étaient le seul endroit où elle avait envie d’être. Pour l’éternité. Il posa son front contre son épaule et elle appuya sa tête contre celle du jeune homme. Les questions qu’il posa ensuite la laissèrent quelque peu indécise sur la réaction à avoir. Comment pouvait il savoir tout ça ? Elle envisagea de lui mentir pour ne pas l’inquiéter, mais s’il savait autant de choses sans l’avoir vue pendant deux semaines, c’est qu’il y avait quelque chose qui ne tournait pas rond chez elle.

« Je ne sais pas, quelques temps déjà… » commença t’elle, hésitante. « Depuis qu’on a… Enfin tu vois… » Elle fit une légère pause, réfléchissant. « Je ne me sens pas plus violente que d’habitude, mais je ne sais pas si c’est une référence vu que j’ai tendance à électrocuter facilement les emmerdeurs…
J’ai souvent des envies de… Sang. Ça me fait peur tu sais. J’ai l’impression que si je n’en… Bois pas, je vais mourir de faim. Pourtant je mange sans arrêt, mais ça n’a plus aucun goût et ça ne me rassasie pas. »


Elle se retourna et le fixa. Son visage n’avait aucune expression. Il lui cachait ce qu’il ressentait et il le faisait bien. Et ça l’énervait. Elle passa ses bras autour de la taille de Nate. Elle espérait vraiment qu’il allait lui dire quelque chose. Même si ça risquait de ne pas lui plaire.

« Qu’est ce qu’il y a ? » murmura t’elle en l’embrassant doucement dans le cou. « Je t’en prie, ne me cache pas encore la vérité. Je ne veux plus de mensonge entre nous. Maintenant, je peux TOUT entendre… » Elle plongea ses yeux pâles dans ceux du jeune homme. Il s’était résigné. Il n’était pas spécialement ravi de devoir lui expliquer ce dont elle se doutait à moitié. Après tout, les légendes ont une part de vérité, c’en est même la base, même si, avec le temps, le bouche à oreille, les différents dialectes et mauvaises traductions, elles étaient plus ou moins modifiées…
Revenir en haut Aller en bas
Russel T. Bonham
Fangy Admin || Pull me Under
avatar

Nombre de messages : 323
Mood : Bloody
Powers : Everything burns in my hands 'cause I can control and creat fire
Date d'inscription : 02/09/2007

Beyond Eternally
RELATIONSHIPS:
CLAN: The fucking manipulated ones

MessageSujet: Re: • You know you love me... {PV}   Mar 15 Jan - 20:25

Inutile de chercher à me mentir ma belle. Je suis passé par là, et contrairement à d’autres membres de mon espèce, je n’ai oublié aucuns détails de ma transformation et des sensations que j’ai pu éprouver les jours qui la suivirent. Je sais ce que tu ressens, sans avoir besoin d’user de télépathie ou d’un autre don qui peut me permettre de lire dans ton esprit. Les changements qui se sont produit en toi ces deux dernières semaines, je les ressens. Les battements de ton cœur ont un autre rythme, le bruit de son sang dans des veines a changé. Ton odeur aussi, elle s’est légèrement éloignée de celle d’une simple mortelle. Ce changement aussi infime soit-il m’a perturbé avant même que je ne la voit. Je n’ai pas encore croisé d’autre membres de mon espèce depuis que je suis là, il aurait été plus qu’étonnant que ma première rencontre avec un autre ‘monstre’, soit de tomber nez à nez avec un nouveau né.

J’ai esquissé un léger sourire en entendant ce qu’elle a pu dire avant de faire sa pause. J’ai donc réussit à effacer juste le souvenir qui me tracassait. Ce n’est peut être pas aussi difficile que cela de l’utiliser. Mais pour le moment la question n’est pas là. Je n’ai pas bougé, écoutant ce qu’elle avait à dire sans l’interrompre, sans esquisser le moindre geste. Dans un certain sens j’essai encore de me persuader qu’elle est toujours la même, que ces changements ne sont que le fruit de mon imagination, et qu’elle est restée la Leah mortelle et fragile que je connais. Pourtant, sa dernière phrase fit disparaître le ‘doute’ qui pouvait encore sommeiller en moi. Je l’ai fait, sans le vouloir, et pas de façon complète. Comment j’ai pu empêcher la transformation complète, retardé l’échéance, je l’ignore. Toujours est-il que je vais devoir achever la tâche que j’ai inconsciemment commencé. Trois jours, trois jours de souffrance comme elle n’en a jamais connue. Voilà ce qui l’attend si je me résout à la changer, à en faire ma compagne. Elle s’est retournée, pour me fixer, son regard soudant le mien à la recherche d’un quelconque signe qui pourrait l’aider à comprendre ce qui se passe dans ma tête. Le seul problème c’est que je me suis ‘fermé’. Mon visage et mon regard sont devenus de glace, et il lui entièrement impossible de comprendre quoi que se soit. Elle m’enlaça, reprenant la parole, tout en usant de sa ‘douce’ torture pour me faire parler. Résigné, j’ai poussé un léger soupir, détourant la tête tout en fermant les yeux. Je me suis défait de son étreinte, pour m’éloigner, lui tournant un instant le dos, regardant droit devant moi, avant de légèrement tourné la tête vers elle.

"Peux-tu vraiment tout entendre Leah? Et puis, à quoi bon expliquer une chose que tu sais déjà? Tu l’as dit toi même, ta vision sur les vampires vient de changer, les faisant passer de simple mythes fait pour effrayer, au rang de créatures de chair et de sang, aussi réelles que toi" J’ai esquissé un léger sourire, sourire léger mais qui fut suffisant pour lui dévoiler mes crocs l’espace d’un instant, pendant que je me tournais vers elle, me décidant à enfin lui faire face. Je ne suis pas resté debout devant elle bien longtemps en fait. Moins d’une seconde venait de s’écouler, et j’étais déjà derrière elle, sagement assis sur un rocher plus gros que les autres.
"Mon… maître m’a tout appris, du moins je le pensais. Il est évident qu’il a omis de m’apprendre certaines choses. Il se pourrait, non en fait, il est certain, que sans le vouloir, j’ai déclenché chez toi le processus de mutation qui, si j’interviens, finira par te ‘tuer’ pour que tu deviennes comme moi. Si je ne fais rien, tu continueras à vivre avec ces envies et ces sautes d’humeurs, jusqu ce qu’un autre vampire décide de faire le sale boulot à ma place" J’ai esquissé une légère grimace en prononçant ces mots. Le simple fait de penser qu’un autre que moi pourrait la toucher me dégoûte. Pourtant, si je ne fais rien soit elle se fera tué, soit un autre se chargera de la ‘tuer’. Dans les deux cas je sois coincé. Et la laissé continué à vivre avec de telles envies n’est pas la meilleure chose à faire non plus. Pour la première fois, je me retrouve dans une impasse, et je sais que, quoi que je fasse, la fin ne me plaira pas et je regretterais mon geste…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: • You know you love me... {PV}   Jeu 17 Jan - 22:58

La jeune femme le laissa lentement s’éloigner de ses bras, retenant un soupir. Elle n’aurait rien demandé si elle n’était pas sûre de pouvoir tout encaisser sans broncher. Les crocs qui apparurent quand il eut la bonne idée de sourire la firent légèrement frissonner. Elle le savait mais le voir, c’était autre chose. Mais elle n’eut guère le loisir de réellement les observer. Il avait disparu et était réapparu derrière elle, comme elle s’en rendit compte en l’entendant parler. Elle se retourna, restant debout. Son maître ? Elle était déjà perdue, ça promettait. Elle ne put retenir un hoquet de surprise. Elle se transformait en… Vampire. D’un autre côté, vivre comme il le décrivait, toujours à deux doigts de tuer quelqu’un n’était pas vraiment la solution. Mais il n’était pas beaucoup plus enchanté par la perspective de la transformer, d’autant qu’il semblait penser qu’à court terme, elle était menacée. Elle s’agenouilla près de lui, posant une main sur la cuisse de Nate.

« Je sais que tu t’inquiètes, mais tu ne dois pas. Je n’ai pas peur de mourir, surtout si ça signifie rester avec toi pour toujours. Si tu ne fais rien, on finira par être séparés un jour. Et je n’en ai aucune envie. Parce que si tu ne fais rien, ce jour arrivera probablement plus vite qu’on ne l’imagine. » Elle baissa la tête avant de le fixer plus intensément qu’elle ne l’avait jamais fait. « Avant de te connaître, je pensais que tous les hommes étaient des salauds. Tu penses être un monstre. Au fond, je ne suis peut être tout simplement pas destinée à aimer un humain, ni même à en être une. Je n’ai pas choisi de tomber amoureuse de toi, mais c’est arrivé, et je sais à présent que c’est avec toi que je veux passer le restant de ma vie. »

Leah le fixait toujours de ses grands yeux pâles. Il était partagé, elle le savait et le lisait dans son regard. Elle lui prit doucement la main. De l’autre, elle écarta ses cheveux. Elle ne put s’empêcher de frissonner en sentant le regard du jeune homme sur sa gorge dégagée. Il tentait de résister, mais elle ferait tout pour qu’il craque. Elle pencha légèrement la tête, serrant plus fort la main de Nathaniel.

« Je t’en prie, Nate. Ne m’abandonne pas maintenant… Je ne veux pas vivre sans toi, et si tu me laisses comme ça, sans rien, ça finira par arriver. Je ne suis pas sûre de pouvoir le supporter… »
Revenir en haut Aller en bas
Russel T. Bonham
Fangy Admin || Pull me Under
avatar

Nombre de messages : 323
Mood : Bloody
Powers : Everything burns in my hands 'cause I can control and creat fire
Date d'inscription : 02/09/2007

Beyond Eternally
RELATIONSHIPS:
CLAN: The fucking manipulated ones

MessageSujet: Re: • You know you love me... {PV}   Ven 18 Jan - 16:30

Je t’expliquerais plus tard Leah, ma vie n’a rien de passionnant, mais je pourrais prendre le temps pour te la conter, après tout si je me résout à te transformer, nous aurons l’éternité devant nous. Mais qu’est-ce que l’éternité? Hormis, une succession de jours, de mois et d’années? Pour moi, ce n’est rien. Je vis, vois passé les siècles sans m’en soucier, essayant de m’adapter en sachant très bien que je reste le Nathaniel né en 1900, qu’au fond de moi et malgré tout ce que je peux faire pour le faire disparaître, je resterais ce jeune homme qui ne devrait plus appartenir à ce monde. Leah s’est approchée de moi, sa main sur ma cuisse ne m’a pas fait sortir de mes pensées. Je fixe un point, qui se trouve quelque part sur la rive devant moi, je l’entends sans vraiment l’entendre. D'un simple geste de la main, le corps sans vie de Sarah s'embrasa, une gerbe de flammes bleues jaillissant de nulle part, disparaissant aussi vite qu'elles étaient apparues, ne laissant qu'un tas de cendres là où s'était trouvé ma 'compagne'. L'un des avantages d'être un Elu en plus d'un vampire, on peut facilement faire disparaitre les preuves d'un de nos meurtres.
Pas peur de mourir? Tu n’as pas choisis de tomber amoureuse de moi je te l’accorde, tu n’es pas la première à me le dire. L’un des ‘dons’ des vampires est la séduction. Nous sommes capables d’exercer un attrait hors du commun sur les mortels, les attirant à nous sans avoir besoin de faire trop d’efforts. Ce qui m’étonne, c’est que quelqu’un comme Leah, se soit fait avoir aussi facilement. Qu’elle veuille mourir aussi facilement. Pour être franc, son envie de mourir pour devenir comme moi me dégoûte. Je n’ai pas choisis ce que je suis devenu, j’aurais dû être reconnaissant envers mon maître de m’avoir sauvé d’une mort certaine, et pourtant je lui ai voulu, les premières années de ma vie, quand j’ai compris que je ne serais plus le même, je lui en ai voulu.. Je m’en suis voulu…


***

|Juin 1923|


Nous avions décidé de quitter, ou plutôt j’avais décidé de quitter le Nouveau Monde, pour venir nous installer en Italie, Nathaniel et moi. Nathaniel… Mon fils.. Ce fils que j’ai tant voulu et qui commence à m’inquiéter. Il n’a toujours pas réussit à s’adapter, à comprendre qu’il ne serait plus comme avant et qu’à partir de maintenant il devra vivre autrement. C’est triste à dire, mais il a déjà tenté de mettre fin à ses jours, de différentes manières, toutes plus horribles les unes que les autres. Il ne meurt pas, il ne le peut plus…

Le soleil commençait à se coucher, disparaissant derrière les montagnes bordant le lac de Côme, magnifique étendue d’eau qui scintillait de reflets rouges sangs. Une légère brise s’était levée, jouant avec les voilages de la fenêtre de mon bureau, ouverte sur une terrasse qui donnait sur le lac. L’Italie ce pays que j’affectionne, pays où j’ai retrouvé un ancien ami, qui a eu la gentillesse de bien vouloir nous héberger dans sa demeure. Le calme du palais de mon ami vient de se briser d’un seul coup. Je sais qui est le responsable de tout cela, et pourtant je n’ai pas levé le nez de mon livre. Les lourdes portes de bois viennent de s’ouvrir à la voler, venant s’écraser contre les montants des étagères, les faisant voler en éclats, répandant un nombre impressionnants d’ouvrage sur le sol.


"Pourquoi?! Pourquoi tu m’as fait cela?!"
L’odeur du sang m’est devenue insupportable. Nathaniel s’avance à grand pas vers le bureau, la chemise grande ouverte sur son torse pâle, couvert de sang. Sang qui s’écoule d’une plaie béante se trouvant sur sa poitrine au niveau de son cœur. J’ai poussé un soupir, baissant la tête en fermant les yeux. Je ne l’ai jamais sentit aussi énervé, ses paumes viennent de se poser sur le bureau, le brisant sur le coup.
"Nathaniel, combien de fois devrais-je te dire que ce que tu t’évertues à faire est vain?
- Pourquoi? Pourquoi ne m’as-tu pas laissé mourir?
- Je ne pouvais pas m’y résoudre, ta mère m’avait supplié de te sauver…
- Me sauver? Jasper, je suis mort!
- Ne dis pas de cho…
- Je dis ce que je pense! Je continuerais, je trouverais un moyen de mettre un terme à cette vie que je n’ai aucunement choisis et qui me dégoûte! Vous me dégoûtez tous!"

Il est partit aussi vite qu’il était entrer, sa rage planant encore dans l’air de la pièce. Etait-il trop jeune au moment où je l’ai ‘pris’? Non, il était parfait. Il est toujours parfait, un monstre empli de perfection, un monstre qui vivra plus longtemps qu’il ne le pense, et qui finira par accepter ce qu’il est. Je vois ton avenir Nathaniel, aussi clairement que je vois cet astre de sang disparaître derrière ces montagnes. Tu vas me quitter, mais ne t’inquiète pas, je te retrouverais, plus vite que tu ne le penses….


***


Elle m’avait pris la main, son regard me scrutant. J’ai relevé la tête, posant mon regard sur elle au moment où elle écartait ses cheveux, m’offrant sa gorge dénudée. Je ne peux pas faire une telle chose. Je ne veux pas qu’elle souffre comme j’ai souffert, je ne veux pas lui ‘imposer’ une telle chose.

"Je ne veux pas que tu regrettes. Je ne veux pas que tu souffres…" Je n’ai fait que murmurer ses quelques mots, espérant qu’ils la feront changer d’avis. Elle a peur je le sens, et pourtant son regard ne reflète qu’une farouche détermination.
"Si c’est vraiment ce que tu souhaites, alors…" Tu as gagné. J’ai commencé une chose que je ne t’avais jamais souhaité, je vais devoir la terminer. Je me suis agenouillé près d’elle, me rapprochant, laissant mes lèvres effleurer la peau de son cou. Ma main libre a attrapé sa nuque. ‘Tu as souffert, veux-tu savoir pourquoi? Pour rendre une transformation moins ‘douloureuse’ il faut mordre près du cœur…’ Près du cœur? Ma langue effleura un instant sa gorge, puis finit par descendre un peu. La main qui maintenait sa nuque glissa vers sa poitrine, tirant doucement sur son haut, la dénudant un peu plus. Les battements de son cœur m’ont rendu fou, ont fait monté en moi un désir que je n’avais jamais éprouver. J’ai lâché sa main, la posant sur ses reins, pour l’attirer violemment contre moi. C’est, sans ménagement que mes crocs vinrent s’enfoncer dans sa chair…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: • You know you love me... {PV}   Ven 18 Jan - 22:05

Leah regarda Nathaniel quitter son rocher pour la rejoindre sur l’herbe. Il avait fini par céder. Pourtant, il tentait une dernière fois de la faire changer d’avis. Elle le regarda farouchement, pas décidée à baisser les bras. Elle était un peu effrayée, mais qui ne le serait pas avant de mourir ? Elle frissonna quand il se rapprocha, avant de fermer les yeux en sentant les lèvres du jeune homme glisser lentement sur sa gorge. Elle se prépara mais il ne fit rien de plus qu’effleurer sa peau. Elle sentit sa main glisser vers sa poitrine, défaisant lentement les petits lacets de son chemisier. Elle n’avait pas la moindre idée de ce qu’il avait l’intention de faire mais elle lui faisait entièrement confiance. Elle laissa échapper un soupir de surprise quand il descendit ses lèvres sur sa poitrine. Son autre main se posa fermement sur ses reins et il la colla brutalement contre lui avant de la mordre. Elle parvint à grand peine à retenir un cri de douleur. Jamais elle n’avait eu aussi mal, même la fois où elle s’était explosé le coude en tombant du chêne de l’orphelinat. Elle se mordit la lèvre, étouffant ses gémissements de douleur. Un instant, elle se demanda si elle n’avait pas eu tort de croire qu’il allait vraiment la changer. Non, Nate ne lui aurait pas fait ça. Pas lui. Elle l’attira plus près d’elle, espérant que ce simple contact la réchaufferait. Le froid l’envahissait peu à peu, sans parler des vertiges de plus en plus forts et de sa vue qui se troublait…

Est ce ça la mort ? Il m’est arrive de lire des ‘articles’, qui m’avaient bien faite rire par ailleurs, sur des personnes ayant été dans l’au delà. Ils parlaient tous d’une lumière blanche. Il n’y a rien de tout ça. Juste une atmosphère brumeuse, sombre mais dans laquelle on voit pourtant comme si c’était inondé de lumière. Il m’a laissée mourir. Il n’a pas voulu me transformer. Il ne voulait pas que je devienne comme lui. Mais si c’est ça la mort, que vais je devenir sans lui ? Je préférais encore vivre, j’aurais eu tant d’autres occasions de le convaincre. Mais maintenant… Et il sera loin de moi… Sans moi pour le protéger, pour le couvrir, pour veiller sur lui. Sans moi pour éloigner toutes les femmes qui vont l’approcher…

Le cœur de la jeune femme avait fini par cesser de battre, ou du moins, de façon ‘humaine’. Mais elle n’était pas morte pour autant. Elle avait si mal, comme si elle brûlait de l’intérieur. Elle avait vaguement conscience que Nathaniel était près d’elle, mais lui ou quelqu’un d’autre, ça n’aurait rien changé. Elle aurait tout autant souffert. Elle avait l’impression que le temps s’écoulait lentement. Mais finalement, la douleur finit par se calmer. Pour disparaître enfin. Il fallut plusieurs heures à Leah pour réellement revenir à elle. La jeune femme cligna plusieurs fois des yeux. Elle était toujours en bas du Golden Gate, et il faisait toujours nuit. Elle avait pensé que ce serait long, mais en réalité, Nate n’avait rien dit donc elle n’en savait rien. Elle ne se sentait pas différente, mais ne se sentait pourtant plus vraiment elle même. Elle se redressa, regardant autour d’elle…
Revenir en haut Aller en bas
Russel T. Bonham
Fangy Admin || Pull me Under
avatar

Nombre de messages : 323
Mood : Bloody
Powers : Everything burns in my hands 'cause I can control and creat fire
Date d'inscription : 02/09/2007

Beyond Eternally
RELATIONSHIPS:
CLAN: The fucking manipulated ones

MessageSujet: Re: • You know you love me... {PV}   Ven 18 Jan - 22:53

J’ai enfin compris le sens de la phrase qu’avait pu prononcé Jasper, le jour où j’avais bien voulu le laisser me parler du jour de ma ‘naissance’. ‘Une extase comme jamais tu n’en connaîtras avant de mordre dans un être que tu t’apprêtes à changer…’ J’avais pensé qu’il se moquait de moi, j’avais pensé que le sensations que j’avais pu éprouver en mordant dans les gorges de tous ces mortels étaient le summum d’un désir satisfait. Je m’étais lourdement trompé. Ce que j’ai pu éprouver en tenant Leah contre moi, en sentant son sang descendre dans ma gorge, en entendant les battements de son cœur ralentir pour ne devenir qu’un murmure, jamais je n’avais pu l’éprouver, pas même les fois où j’avais pu la mordre, il y a deux semaines. Ma tendre Leah, liée à moi pour l’éternité. Au fond, j’avais peut être besoin d’une partenaire pour supporter cette vie qui, aujourd’hui encore arrivait à me dégoûter. Je n’avais plus tenté de me tuer depuis un moment, j’aurais peut être réessayer de le faire si je n’avais pas croisé sa route. Je l’ai doucement allongé dans l’herbe, mes lèvres s’éloignant doucement de sa peau. Je me suis relevé, fixant le corps sans vie de ma ‘fille’ d’un regard rouge sang brillant d’excitation. Je n’ai plus qu’à attendre, attendre que le venin agisse, qu’elle se réveille. Et si jamais je m’étais trompé? Et si je l’avais vraiment tué? Non, inutile de penser à cela. Les flashs de ma propre transformation me sont revenus trop souvent pour que je ne m’en rappelle pas et que je n’agisse pas exactement comme l’a fait Jasper. Je me suis assis sur mon rocher, ramenant une de mes jambes vers moi, fixant Leah. Ce n’est plus elle que je vois, mais moi. Moi, le petit bonhomme en sueur qui tente de se battre, de lutter contre cette douleur insupportable qui lui brûle les entrailles, qui le ronge doucement. Jasper n’était pas avec moi à ce moment là, la chambre faiblement éclairé par la pâle lueur d’une bougie, est vide. Vide de toute présence. De toute façon, personne ne pouvait m’aider, j’étais seul, et devais m’en sortir seul. Trois jours, trois jours je suis resté à suffoquer, mes muscles se contractant sans que je ne le leur demande, ma tête emplie de sons que je ne connaissais pas, mon cœur résonnant à mes oreilles comme jamais. J’ai eu l’impression d’émerger d’un lac noir après être resté une éternité sous l’eau quand je suis revenu à moi…

Une journée s’est écoulée. Un cycle solaire, un jour brûlant que j’ai très mal supporté. Pourtant, le soleil n’a plus d’impact sur moi depuis le temps, j’avoue ne pas avoir compris pourquoi j’ai été obligé de me ‘cacher’. Il me restais encore deux jours à attendre. J’ai eu dans l’idée de la laisser, de partir pendant ces deux jours, et de revenir à l’aube du troisième pour être d’elle. Elle risque d’avoir ‘faim’ à son réveil, j’aurais pu aller chercher une proie pour elle, sa première victime comme l’avait fait Jasper pour moi. J’aurais pu, et pourtant je ne pouvais me résoudre à l’abandonner sous ce pont pourri, seule et démunie. Heureusement pour nous, personne n’a eu l’idée de venir faire un tour par ici, un fait bien rare. C’est avec une immense surprise que je vis les paupières de ma douce se fermer et se rouvrir plusieurs fois, peu de temps après le lever de la lune. Ai-je rêvé? Où les ‘conseils’ de mon maître étaient-ils exact? Apparemment oui. Je devrais cessé de douter en lui et en son enseignement comme je le fait depuis si longtemps. Je n’ai pas bougé, la regardant se redresser sans esquisser le moindre geste. Elle n’a pas changé, son visage est resté le même. Et pourtant en regardant bien on peut voir le changement. Ses traits sont devenus plus fins, sa peau plus pâle et plus parfaite qu’avant, son regard azuré s’est éclaircis. Ma fille.. Magnifique aux premières heures de sa vie sous cette lune pâle.


«Bienvenue dans ton nouveau monde, Leah» Maladroit? J’avoue je ne sais pas trop quoi faire. Il ne faut pas m’en vouloir, je n’ai pas l’habitude de ‘transformer’ tous les mortels que je croise en monstre. J’ai finit par me lever, m’avançant vers elle avant de m’agenouiller devant elle. Les traces profondes de morsure qu’elle pouvait avoir sur la poitrine disparaissent peu à peu. J’ai laissé mes doigts effleurer sa peau, mon regard posé sur ses traces dont je suis l’auteur. Regard qui finit par remonter vers son visage pour venir s’ancrer dans le sien. Ce regard pâle qui reflète tant de chose. Mon regard était-il comme le sien, quand je me suis réveillé? Je l’ignore, et puis de toute façon, je ne préfère même pas le savoir.
"Comment te sens-tu?" Affamée? Encore dans la lune? Sûrement, je me rappele de ce que j'ai pu éprouver à mon 'retour' sur terre, il serait fort étonnant qu'elle n'éprouve pas la même chose, même si sa transformation a été moins longue et moins pénible que la mienne...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: • You know you love me... {PV}   Sam 19 Jan - 17:56

Il était là. Hors de son champ de vision mais près d’elle, elle pouvait le sentir. Elle l’entendit se lever, même s’il ne fit pas le moindre bruit. Elle tourna la tête pour le voir poser une main sur sa peau gelée, regardant sa poitrine à demi dénudée. La jeune femme pouvait sentir la chair à vif cicatriser peu à peu, et le sang cesser de couler. Nate releva la tête, l’observant, attendant visiblement une réaction de sa part. Elle repoussa doucement sa main et refit les lacets de son chemisier souillé de sang. Elle ne le regarda que très brièvement, ne lui laissant même pas le temps de déchiffrer son regard énigmatique. La jeune femme se releva prestement. Elle posa une main sur ses dents et se tailla légèrement le doigt en effleurant sa canine. Mais elle ne ressentit aucune douleur. Elle sourit, léchant la plaie qui se referma avant qu’elle n’ait pu boire à peine plus d’une goutte. Elle fit une moue contrariée avant de regarder à nouveau Nathaniel, sa contrariété s’exprimant dans ses moindres gestes. Elle le fixa tandis qu’il se relevait, se rapprochant d’elle.

« Tu as abîmé mon chemisier… » lâcha t’elle avec un sourire amusé. Elle vint se coller à lui, les bras autour du jeune homme. « Je meurs de faim… » lui murmura t’elle au creux de l’oreille, fermant les yeux tout en humant le cou de Nate. Son odeur était la même, mais elle la sentait différemment. Elle commença à déposer de légers baisers sur la peau claire, se délectant de ses frissons quasi incontrôlés. Puis, sans prévenir, elle le mordit avec hargne, sans pour autant boire son sang. Elle s’écarta brutalement, le fixant, complètement perdue. Elle n’avait pas la moindre idée de la raison pour laquelle elle venait de faire ça.

« Je… Non je ne suis pas désolée, juste… C’est normal ça ? Que je me jette sur toi pour te… Mordre ? » Elle leva une main. « Non, ne réponds pas. Je crois que je connais déjà la réponse. » Elle revint vers lui, le regardant avec ses yeux pâles suppliants. « Aide moi, je meurs de faim. C’est encore pire qu’avec que tu ne me changes, j’ai l’impression que je vais mourir si je ne… Tue pas quelqu’un… » lâcha t’elle, hébétée.

Jamais elle n’aurait pensé avoir de telles pulsions, de telles envies de sang. Elle avait l’étrange sensation d’entendre les humains à des kilomètres à la ronde. Elle soupira, avant que ses yeux ne tombent à l’endroit où elle l’avait mordu. Il n’avait pas la moindre trace. Elle appuya son front contre l’épaule de Nate…
Revenir en haut Aller en bas
Russel T. Bonham
Fangy Admin || Pull me Under
avatar

Nombre de messages : 323
Mood : Bloody
Powers : Everything burns in my hands 'cause I can control and creat fire
Date d'inscription : 02/09/2007

Beyond Eternally
RELATIONSHIPS:
CLAN: The fucking manipulated ones

MessageSujet: Re: • You know you love me... {PV}   Sam 19 Jan - 19:55

Elle n’a fait que me jeter un léger regard. Elle s’est relevé d’un bon, j’ai beau savoir que je me mouvoir de la même façon qu’elle, j’avoue que je fus un peu étonné de la voir se relever avec tant de grâce et aussi vivement. Seigneur est-ce un pêché de désiré sa ‘fille’, comme je la désire maintenant? De toute façon, le pêché est devenu chose courante chez moi. Je suis damné depuis le jour où je suis né aux Ténèbres. Un pêché de plus, ou de moins, quelle différence? Je n’irais pas au Paradis, encore moins aux Enfers. Les monstres vivent sur Terre, s’éteignent et ne deviennent que poussière, s’envolant au gré du vent sans trouver de seconde demeure. Je suis resté un moment agenouillé, là où s’était trouvé Leah, fixant le vide devant moi comme si elle était toujours là. J’ai pourtant finit par me relever, faisant volte-face pour m’approcher d’elle.

"Je t’en achèterais un nouveau…" Soufflais-je, passant mes bras autour de sa taille, l’attirant contre moi. Ses baisers me firent frissonner, frissons que j’étais incapable de contrôler et que je ne cherchais pas à contrôler. A quoi bon? Je me suis offert à elle, elle me connaît. Deux monstres, unis par un lien du sang indestructible. Si jamais elle me quitte, même pendant plusieurs siècle, mon odeur, la saveur de mon sang lui restera familière, elle me reconnaîtra avant même de m’avoir vu. J’ai lu dans un vieil ouvrage poussiéreux perdu dans un coin de la bibliothèque de Paris, que le ‘créateur’ était capable d’exercer un pouvoir de contrôle total sur l’esprit de sa progéniture, la poussant à agir selon ses désirs, sans qu’elle ne puisse opposer la moindre résistance. Si cela s’avère être vrai, je m’en servirais sûrement sur Leah quand elle perdra le contrôle d’elle même, les enfants sont tous turbulents et capricieux, les vampires sont pareils. Je me suis raidi d’un seul coup, au moment où ses crocs vinrent se ficher dans ma chair. Cette douleur.. Je pensais l’avoir oublié. Je pensais ne plus jamais l’éprouver. Elle m’a mordu sans ménagement, ne cherchant pas un seul instant à y aller en douceur. Ce n’est que le retour de ce que j’ai pu lui faire tout à l’heure. Un feulement s’est échappé de ma gorge, feulement de félin en colère près à mordre pour se défendre. J’ai esquissé un geste pour la repousser, elle l’a fait avant moi. Je préfère cela en fait. Sous l’effet de la surprise et de la douleur j’aurais pu la briser en la repoussant. Dans un geste purement instinctif j’ai porté ma main à ma gorge, le sang s’écoulant lentement entre mes doigts fins. Mon regard est devenu mauvais. Je pourrais lui faire regretter son geste, lui faire comprendre son erreur. L’obliger à s’excuser, l’obliger à promettre de ne plus commettre un tel acte, de ne plus se permettre une folie, sur moi en tout cas. J’ai ouvert le bouche pour répondre, je fus coupé dans mon élan. Il est évident qu’elle connaît déjà la réponse. Elle est peut être démunie de ‘pouvoirs’, ses instincts sont plus forts et lui permettent de savoir des choses sans que j’ai besoin de les lui expliquer.

Elle est revenue vers moi. Moi qui suis maintenant sur la défensive. C’est bête, mais en fait, je viens de réaliser que là où s’étaient trouvées ses traces de morsures, était le même endroit où j’avais été mordu. Cet endroit où, si l’on regarde attentivement et de près, deux petites cicatrices blanches tachent ma peau. On a beau pouvoir se ‘régénérer’ à une vitesse hors du commun, il est certaines blessures qui ne partent jamais. Les traces que j’ai pu faire en la mordant, la marqueront jusqu’à sa seconde mort. Vampires, certes, mais pas insensibles à tous les maux. Il la laissa faire, ne pouvant s’empêcher de légèrement se crisper, ses sens aux aguets, guettant le moindre faux pas de sa compagne. Il s’est fait avoir une fois, hors de question qu’elle ne recommence. J’ai passé une fois encore mes bras autour d’elle, oubliant la méfiance que je pouvais ressentir, pour m’abandonner, l’attirant contre moi, laissant ma main glisser dans ses cheveux de jais.

"On va aller faire un tour en ville, les bas quartiers regorgent de proies faciles ma douce" Murmurais-je à son oreille. J’avoue avoir un peu peur de la laisser tuer seule. Je serais là, c’et vrai, mais je sais que je ne dois rien faire pour l’aider. Ma première chasse s’est passée comme cela, Jasper était là, il m’a laissé faire, me disant juste à quel moment je devais m’arrêter de boire. Je vais faire pareil avec elle. Mes doigts ont glissé le long d’une mèche, la lâchant pour dessiner le fin contour de sa joue, puis son menton l’obligeant à relever la tête. Mon pouce se posa doucement sur ses lèvres, les caressants un instant avant de quitter son visage, pour prendre sa main. Je n’ai rien ajouté, à quoi bon, elle m’a compris. Nous sommes remontés sur le pont, le trajet jusqu’aux quartiers ‘mal-famés’ de la ville se faisant dans le plus grand calme. Une fois arrivés là-bas, j’ai lâché sa main, reculant de quelques pas pour disparaître dans l’ombre. Maintenant tu es seule ma belle, à toi de me montrer ce que tu es capable de faire…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: • You know you love me... {PV}   

Revenir en haut Aller en bas
 
• You know you love me... {PV}
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Fauteuil] Love by Sandro SANTANTONIO
» [Vase] Love is Blind by Jessica LERTVILAI
» [Chaise] Origami Chair by the group Form Us With Love
» Votre avis sur Corum....Hours of Love...
» From Paris with Love...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
S.trange L.inks || t.o.o. d.a.z.e. g.o.n.e  :: Dix Est Infini :: Old Subjects-
Sauter vers: