AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 • The Kill {PV}

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: • The Kill {PV}   Sam 19 Jan - 21:15

Leah ferma les yeux quand il lui caressa les cheveux, presque avec tendresse. Les quelques mots qu’il murmura au creux de son oreille lui arrachèrent un sourire. ‘Ma douce’. Elle aimait tellement l’entendre l’appeler ainsi. La main de Nate parcourut délicatement son visage, et elle parvint à grand peine à retenir un gémissement de plaisir. Elle releva la tête, le fixant avec un regard brûlant qui ne cachait rien de ses intentions à son égard. Elle le laissa lui effleurer les lèvres, souriant légèrement, pour le suivre tranquillement tandis qu’il la ramenait vers le centre ville, dans les quartiers où dealers, toxicos, prostituées et clochards se taillaient la part du lion. Il la lâcha lentement et disparut dans la pénombre. Leah ne lui jeta qu’un regard indifférent, bien trop affamée et bien trop intéressée par les proies potentielles. De toute façon, elle se doutait bien que Nathaniel ne serait pas loin. Elle vit une prostituée s’engager seule dans une ruelle sombre. Son haut serait parfait pour cacher le sien couvert de sang. Elle la rattrapa et lui brisa la nuque, avant de déshabiller le cadavre. A la réflexion, elle allait lui prendre tous ses vêtements, qui, contrairement à toutes ses autres collègues, n’étaient pas trop vulgaires. Elle sortit de la ruelle avec un ensemble noir moulant et des bottes lui montant au milieu des cuisses. Ses longs cheveux de jai cascadaient librement sur ses épaules. Accoster un homme en voiture était trop risqué, même si elle avait suffisamment côtoyé les flics pour en reconnaître. Non, le bar tout proche serait bien mieux. Elle s’y dirigea, restant dans l’ombre. Elle pouvait sentir l’odeur de Nate derrière elle. Il la suivait. Serait il jaloux ? Elle l’espérait bien. Elle entra dans le bar, se retournant brièvement pour voir une forme sombre qui fixait la porte. L’intérieur était enfumé et bruyant. La jeune femme posa son regard clair sur l’assemblée, avant de s’installer au bar pour commander un martini. Tous ces humains autour d’elle… C’était une vraie torture. Elle se mit subitement à maudire Nathaniel de l’avoir laissée se laisser débrouiller seule pour sa première ‘chasse’. Un homme d’une trentaine d’années s’installa près d’elle. Elle lui lança un regard glacial avant de réaliser qu’il la dévorait du regard. Elle but une gorgée de son verre avant de se tourner vers lui en lui faisant son plus beau sourire. Son interlocuteur n’en était pas à son premier verre. Elle continua à lui faire un sourire charmeur, caressant doucement la main de l’homme. Elle n’aurait pas grand chose à faire. Elle discuta un long moment avec lui, tout en songeant à Nate qui devait s’arracher les cheveux à l’extérieur. Elle finit par se lever, faisant signe à l’homme de la suivre. Ce dernier ne se fit pas prier d’ailleurs. Ils quittèrent le bar et elle le traîna dans une ruelle sordide. En moins de temps qu’il ne le faut pour le dire, il l’avait attrapée par les hanches, cherchant à tout pris à l’embrasser. Elle repoussa fermement avec de le plaquer contre un mur, venant se coller contre lui. Elle approcha son visage du sien, se détournant au dernier moment vers son cou, et cette artère qui bouillonnait sous le désir ardent de son propriétaire. Elle ferma les yeux un bref instant, avant de commencer à l’embrasser délicatement. Elle le sentit frissonner, et continua sa torture, cherchant l’endroit parfait, l’endroit de sa gorge où le débit de sang serait le plus important. Elle le trouva enfin et mordit sans ménagement. L’homme en fut surpris, et tenta de la repousser, mais elle le maintint fermement. Il avait peur, son cœur battait plus vite, le sang circulait plus rapidement et elle pouvait en boire plus. Elle sentit soudain qu’on la tirait en arrière et elle s’apprêtait à frapper l’intrus quand elle vit Nathaniel qui la tenait par l’épaule. Elle entendit un bruit sourd suivi d’un râle. Elle n’eut nul besoin de se retourner pour savoir que son repas venait de rendre l’âme.

« Pourquoi tu as fait ça ? » cracha t’elle avec hargne. « J’aurais encore pu m’amuser avec lui ! »
Revenir en haut Aller en bas
Russel T. Bonham
Fangy Admin || Pull me Under
avatar

Nombre de messages : 323
Mood : Bloody
Powers : Everything burns in my hands 'cause I can control and creat fire
Date d'inscription : 02/09/2007

Beyond Eternally
RELATIONSHIPS:
CLAN: The fucking manipulated ones

MessageSujet: Re: • The Kill {PV}   Sam 19 Jan - 22:21

Je me suis fondu dans l’ombre, suivant ma protégée, plus près que la ‘prudence’ le voudrait. Que voulez vous, je ne peux me résoudre à la perdre de vue ne serait-ce qu’une seule seconde. Les nouveaux-nés sont faibles, je le sais par expérience, il est hors de question que je la laisse révéler notre présence, que je la laisse tuer plus qu’il ne le faut. Pourtant je sais très bien qu’elle tuera plus qu’elle n’en aura besoin, je le sens. C’est peut être pour cela que je ne m’éloigne pas et la suit comme son ombre, mon fondant dans la sienne. Simple fumée noire informe, à la poursuite d’une ombre tout aussi sombre. La pauvre femme. Si elle savait que sa petite vie de traînée va prendre fin dans cette rue pourrie, au bout de laquelle l’attend son meilleur client. Ma pauvre, j’espère que tu as apprécié ta dernière coucherie. Les démons ne connaissent pas ce genre d’actes, même en Enfer. Tu pourras toujours leur apprendre tient, ils seront peut être content, un peu de distraction ne fait de mal à personne. Le craquement lugubre des os, me fit frissonner et esquisser une grimace de dégoût. Non Leah, bon sang. Subtilité? Connais-tu le sens de ce mot? Tu te comporte comme un vampire de seconde zone, comme ces monstres qui tuent par plaisir et qui s’arrange pour que leur chasse soit une véritable boucherie. Il est hors de question qu’elle continue à se comporter de la sorte. Mais bon, pour cette fois je ne dirais rien. Après tout si j’avais voulu éviter de tels actes, j’aurais tout pris en main, lui livrant son repas sans qu’elle n’ai besoin de faire quoi que se soit. J’ai beau me dire que ce qu’elle vient de faire n’est pas ‘correct’, la tenue qu’elle a volé à cette prostituée lui va à ravir. Un peu trop peut être. Que j’ai honte de me sentir aussi ‘humain’ face à elle.

J’aurais peut être du attendre sagement devant ce bar sordide, enfumé et puant l’alcool à vous en donner la nausée. J’aurais dû, cela aurait éviter que je brise en mille morceaux la table à laquelle je m’étais installé, en voyant le petit jeu de Leah. Le patron m’a jeté un regard noir, s’avançant vers moi près à me jeter dehors non sans avoir pris soin de me faire payer mon geste. Je n’ai pas quitté ma ‘fille’ des yeux, me déboîtant le cou pour la voir quand le gros balourd s’est mis devant moi. J’ai sortit un billet de ma poche, papier vert sans grande valeur à mes yeux, qui fit ouvrir ceux du proc que j’avais en face de moi, comme des soucoupes volantes. Bien une chose de régler. Oui, mais ma protégée est partit. Avec le type plein jusqu’au gosier de vodka et toutes les substances que l’on peut ingurgiter dans ce genre d’endroit. Merde! Je me suis levé, poussant d’un coup d’épaule mon ‘copain’ pour me ruer vers la sortie. Son odeur flotte dans l’air, j’ai paniqué pour rien. Moment de panique ridicule, puisque je sais que, quoi qu’il arrive, je pourrais toujours la trouver sans aucuns problèmes. Je n’ai eu besoin de faire que quelques pas, pour les retrouver. J’ai vu rouge au moment où mon regard se posa sur eux. Ses mains, trop mal placées pour que je reste calme. L’envie de le voir mort, de le tuer de mes propres mains, de le faire souffrir pour avoir oser la toucher de ses grosse mains dégoûtantes. J’ai aussi eu envie de lui arracher les lèvres, ces lèvres qui cherchaient à attraper avidement celles de mon ange. Je me suis retenu au dernière moment, faisant volte-face pour fixer la rue déserte qui s’étendait devant moi, essayant d’oublier les bruits dérangeants que je pouvais entendre derrière mon dos. Cela t’amuse-t-il de me torturer de la sorte? De jouer avec nerfs comme tu le fais? Même maintenant que tu es comme moi, je suis toujours maudit de m’être épris d’une femme comme toi. Moi qui voulait voir ma Leah à l’œuvre, j’ai tout gâché à cause d’un sentiment trop humain que je commence à connaître un peu trop bien. Les battements du cœur de l’alcoolique résonnent à mes oreilles, l’excitation de Leah, je la ressens aussi. Elle l’aveugle, et elle va faire une bêtise si je n’interviens pas, vite… Je me suis retourné d’un seul coup, me retrouvant d’un simple bond derrière elle, attrapant fermement son épaule pour la tirer en arrière, l’obligeant à faire volte face, dans le but de l’éloigner avant qu’elle n’avale la ‘dernière goutte’. Une erreur de débutant qu’on commet tous apparemment. Je l’ai laissé cracher son ‘venin’, attendant un moment avant de répondre, ma main enserrant toujours fortement son épaule.


"Tu l’as tué Leah. Il est mort au moment où je t’ai tiré. Il ne faut jamais boire quand le cœur de ta proie a cessé de battre, ce serait mortel pour toi" Elle s’est légèrement calmé, même si je lis encore de la rage dans son regard de sang. Ce sang, qui coule encore sur son menton, s’échappant d’entre ses lèvres. Je me suis penché vers elle, effleurant d’abord ses lèvres avant de l’embrasser avec hargne, laissant le sang de cet homme glisser dans ma gorge. La main qui tenait son épaule, est descendue sur ses reins, se glissant sous le haut qu’elle a volé. L’autre, vient d’attraper son poigné, poigné qui vient de se retrouver près de sa tête, collé contre la paroi froide du mur. Sans réellement m’en rendre compte je l’ai forcé à reculer. Ce baiser m’enivre, ce sang qui ne fait que se répandre à chaque fois que nos crocs ont le malheur d’effleurer nos lèvres ou nos langues, me rend fou. Je revois le regard qu’elle m’a lancé tout à l’heure, quand j’ai laissé ma main effleurer sa joue. Ce regard fiévreux, lourd de sens. Cette fois c’est moi qui suis devenu fiévreux…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: • The Kill {PV}   Dim 20 Jan - 3:55

{désolée c'est court ><'}

Leah le fixa, légèrement indécise. Ça l’aurait tuée ? Elle avait du mal à y croire, pourtant elle pouvait voir dans ses yeux qu’il était on ne peut plus sérieux. La jeune femme se calma, sentant qu’il avait raison. Le sang de son repas coulait encore un peu sur son menton. Elle le laissa s’approcher d’elle, l’embrassant d’abord doucement puis avec plus d’ardeur. Elle frissonna quand il glissa une main sous son haut. Avant qu’elle n’ait pu réagir, il l’avait empoignée, la plaquant contre le mur, écrasant à demi le cadavre qui était sur le sol. Elle pouvait presque palper le désir du jeune homme, comme si c’était quelque chose de solide. Elle répondit à son baiser, passant fiévreusement sa main libre sous la chemise de Nate. Elle s’écarta légèrement, souriant, mutine, avant de dégager son poignet. Elle le repoussa puis le plaqua contre le mur.

« Qu’est ce que tu crois pouvoir faire, beau brun ? » susurra t’elle, amusée.

Elle se mordit la lèvre, défaisant les lacets du corsage qu’elle avait volé, sans pour autant le retirer. Elle revint se coller contre Nate. Mais elle l’empêcha de la toucher. Elle avait envie de s’amuser et de le torturer. Ce qui semblait plutôt bien marcher. La jeune femme voyait bien qu’il faisait tout pour se contrôler mais elle ne se faisait aucune illusion. Il craquerait. Assez vite. Elle se demanda soudain pourquoi il voulait tellement lui sauter dessus dans cette ruelle, à cet instant précis. Avant de se rappeler des paroles de Nathaniel. Il était jaloux et possessif. Elle eut envie d’éclater de rire mais il ne l’aurait probablement pas très bien pris. Surtout qu’il avait visiblement d’autres plans. Elle ouvrit avec une lenteur délibérée et parfaitement calculée la chemise du jeune homme, laissant ses mains se balader sur le torse musclé. Mains rapidement remplacées par ses lèvres. Elle n’avait pas besoin de lever les yeux pour savoir qu’elle était en train de le rendre fou. Ce qui l’amusait énormément. Elle remonta vers le cou du jeune homme, puis vers son oreille, qu’elle prit un malin à mordiller, avant de dévorer la mâchoire de Nate. Elle passa les bras autour de son cou, déposant un léger baiser sur ses lèvres. Elle sentit ses mains se glisser une nouvelle fois sous son haut. Elle rit légèrement, sachant pertinemment qu’elle ne le garderait plus très longtemps sur le dos…

« Tu es incapable de me résister. » lâcha t’elle, moqueuse…
Revenir en haut Aller en bas
Russel T. Bonham
Fangy Admin || Pull me Under
avatar

Nombre de messages : 323
Mood : Bloody
Powers : Everything burns in my hands 'cause I can control and creat fire
Date d'inscription : 02/09/2007

Beyond Eternally
RELATIONSHIPS:
CLAN: The fucking manipulated ones

MessageSujet: Re: • The Kill {PV}   Dim 20 Jan - 10:31

Une simple humaine avait réussit à m’obliger à me perdre dans les méandres d’un désir mortel. Cette même humaine devenue un ‘monstre’ a une fois encore réussit à me rendre fou, ivre d’un désir uniquement connu par ceux de ma race. Je me suis sentit faible le jour de notre première ‘fois’. Cette première fois là, je sais que je contrôlerais tout. Qu’elle se sentira tout aussi perdu que moi j’ai pu l’être, le jour où je me suis donné à un être comme moi…

***


|Hiver 1938 – Budapest|


Nous avions quitté la France quelques jours plus tôt, quatre ‘soldats’ de l’armée française, épris d’une soudaine envie de voir le monde qui les entourent, avant que l’orage éclate. Nous n’étions pas bête, et avons fait partit du petit groupe de militaire qui fut capable de voir que l’horreur de 14-18 allait avoir de nouveau lieu…

"Nathaniel… "

Cela fait trois fois que j’entends mon nom, susurrer d’une voix sensuel, un simple souffle qui fait à peine voleter une mèche de mes cheveux, qui frôle ma gorge. Trois fois je me suis retourné, pour fixer les peintures qui se trouvent derrière moi. Nous sommes au Château Royal de Buda, à Budapest. Le dernier bal masqué organisé par les hauts gradés de la ville, prévu pour détendre l’atmosphère. Moi, je ne m’amuse pas. Je reste debout, légèrement dans l’ombre, appuyé contre une colonne de marbre de la grande salle.
"Allez Nathaniel viens avec nous, tout est meilleur qu’en France ici. Je t’aiderai à trouver une partenaire si tu veux… il est timide le pauvre ce n’est pas de sa faute mes jolies, vous savez quoi.. Je crois qu’il n’est encore qu’un gosse..." Les éclats de rire de Baptiste résonnèrent un moment à mes oreilles. En effet, je ne suis encore qu’un ‘bébé’. Je n’ai jamais participé aux soirées de ‘coucherie’ de mes camarades, m’y refusant catégoriquement. Où est l’intérêt? Se comporter en animal pour jouir d’un des plaisirs de la vie dans les bras d’une femme que l’on ne connaît même pas. Je trouve ça absurde.
Fatigué de toute cette ambiance, j’ai fait volte-face quittant la grande salle, traînant dans le dédale des couloirs, arrivant sur une petite terrasse de l’aile ouest, terrasse qui surplombait une petit partie des jardins.
J’avoue, tu m’impressionnes, résister pendant aussi longtemps à mon appel est un exploit’ Elle était là, derrière moi, son souffle effleurant une fois encore ma gorge. Je suis tendu, je n’ai jamais était ‘touché’ par un être comme moi. Ses mains froides glissèrent de mes épaules à mon torse, s’immiscent dans l’ouverte de ma chemise.

"Que me veux-tu?
- Oh.. les dires de ton ami seraient véridiques, mon cher?"
Une légère touche de moquerie tintait sa voix. Ses yeux d'or brillant d'amusement. Bien que cette lueur d'amusement fut bien vite remplacer par un feu qui me consuma entièrement. Sans crier gare, j’ai attrapé ses poignés, faisant volte-face, la plaquant violemment contre le mur.
"Là. Je te reconnais mon mieux mon cher Nathaniel. Le digne fils de Jasper…" Je n’ai pas eu le temps lui demander quoi que se soit. Ses mains avaient glissés des miennes, ouvrant ma chemise avec une sensualité hors du commun. Quelle étrange sensation. Mes veines se tordaient avec une violence que je n’avais jamais connu, brûlant chaque parcelles de mon corps comme si j’étais habité par un démon. Ma chemise est tombée sur le sol de marbre, le corset de ma douce aussi, dévoilant à la lune sa poitrine de ma marbre. J’ai enfoui mon visage dans sa poitrine, mes mains caressant son dos, remontant vers sa nuque. Notre baiser fut violent, sanglant. Baiser de sang, prémisse d’une ‘union’ encore plus violente. L’amour des vampires n’a rien à voir avec celui des humains, je l’ai découvert dans les bras d’Helena, une sang pure qui m’a choisit pour s’unir à moi, m’offrir son sang dans un baiser qui empli nos être d’une jouissance qu’aucun mortel ne pourra jamais connaître dans les bras d’une simple femme…

***


Leah a défait son corsage, tous ses gestes restent ceux d’une mortelle. Ca me fait sourire. J’avoue que sa délicieuse torture me fait perdre patience, fait monter un peu plus en moi cette fièvre qui me consume depuis l’instant où je l’ai vu mordre. Je me suis mordu la lèvre, ou sens propre comme au figuré. Ma tête s’est doucement posé contre le mur froid, mes mains tentant d’agripper la paroi, pour essayer de me soutenir. Humain ou monstre? Les deux… Les deux désirs se mêlent en moi, bien que celui du monstre soit plus fort. Je l’ai laissé faire un long moment. Moment qui me parut durer une éternité. J’en ai assez de lutter. J’ai glissé une nouvelle fois mes mains sous son haut les laissant remonter sensuellement le long de son dos, glissant sur ses épaules, faisant lentement tomber ce morceau de tissus gênant.

"Et j’en suis navré" Soufflais-je à son oreille, profitant de son petit moment de ‘faiblesse’ pour inverser les positions. Ma main gauche s’est posée sur sa gorge, mon pouce la caressant doucement. Je me suis rapproché, effleurant ses lèvres, avant de descendre doucement. "Et je t’interdis de recommencer ton petit numéro de drague. Je risque fortement de perdre le contrôle la prochaine fois…" Ma langue suivit les tracé de ses veines, ma main cessa ses caresses. Ma Leah, ce soir sera ta ‘première fois’. Mes crocs se sont doucement plantés dans sa chair, je me suis collé contre elle, si tant est que l’on puisse faire plus près. Baiser de sang, union de sang pour deux monstres assoiffés de sang…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: • The Kill {PV}   Dim 20 Jan - 15:29

Près de soixante dix longues années. Presque un siècle qu’il me fuit. Presque un siècle que je me languis de mon fils. Sa mère m’a demandé de le sauver. Comme aurais je pu refuser ça à une mourante ? Parce que je suis un vampire ? Nous ne sommes pas tous des monstres assoiffés de sang. Cet enfant était si beau, si fragile, et pourtant il pouvait encore vivre, être le fils que je n’avais jamais eu le temps d’avoir. Pourtant il en a souffert. J’ai ignoré cette douleur qu’il ressentait au plus profond de son être, ses tentatives de mettre fin à sa vie, sans succès, m’amusaient. Je pensais naïvement qu’il se calmerait. J’ai eu tort. Quel père ai je été ? Le pire qui soit. Je n’ai pas compris qu’il souffrait vraiment. J’aurais dû l’aider. Je n’en ai rien fait. J’ai cru mourir une seconde fois, ce froid matin de 1938, quand j’ai découvert sa chambre vide. Il n’avait rien pris, pourtant j’ai su immédiatement qu’il ne reviendrait pas. J’ai passé une décennie à le chercher, le ratant chaque fois de peu. Son odeur embaumait encore les endroits où il avait vécu. Puis je me suis résigné. J’ai douloureusement accepté l’idée que je ne reverrais jamais mon fils. Jusqu’à il y a quelques mois. J’ai décidé de m’installer à San Francisco. Pourquoi ici plutôt qu’ailleurs ? Si seulement je le savais. Je m’étais lassé de ce corps, ce corps qui était le père de Nathaniel. J’avais été médecin toute ma vie, et je cherchais encore l’un d’eux alors que je voulais radicalement changer. Avant de rencontrer ce nouveau-né. Il était secouriste. Intelligent, sans le moindre scrupule mais diablement calculateur et intelligent. Taciturne, observateur, et encore d’autres qualités qui me convenaient à merveille. Certes, il disparaîtrait quand je m’emparerais de lui mais il déteindrait sur moi. Je l’avais accosté. Il s’était montré méfiant. Mais pas suffisamment. J’ai vu la haine dans ses yeux bruns, avant qu’il ne disparaisse à jamais. Me laissant un corps à l’apparence différente du mien, et bien plus jeune.

J’ai continué sa vie de vampire, sans que sa compagne ne remarque quoi que ce soit. Mais il avait déjà commencé à se lasser de cette vampire, et je dois avouer que moi aussi. Elle n’a pas vraiment apprécié que celui qu’elle avait créé s’en aille, mais elle n’a pas insisté. A quoi bon ? Et puis ce n’était pas elle mon principal problème. C’était cette sorcière rousse et son Elu de mari. Qui connaissaient suffisamment Isaac pour se rendre immédiatement compte du changement. Je m’en serais bien plus inquiété si je n’avais pas senti sur elle cette odeur… Alors que j’avais fait un trait sur lui, il réapparaissait brutalement dans ma vie. Elle était avocate, et Nathaniel était médecin, donc aucun rapport entre eux à priori. Mais il a l’apparence d’un étudiant. Je savais donc où le trouver. M’a t’il vu, a t’il senti mon odeur ? Peut être a t’il seulement senti l’un de ses semblables à proximité. Un jour, alors que je l’observais, j’ai entendu plus qu’écouté la conversation d’un groupe de jeunes humains. Sur le prétendu suicide d’une étudiante. Les rumeurs qui disaient que c’en était pas un, et qu’on l’avait retrouvée avec le crâne ouvert, et sans cerveau. Nathaniel, qu’as tu donc fait ? Je savais qu’il n’était pas comme les autres quand je l’ai transformé. J’aurais peut être dû y réfléchir à deux fois avant de transformer un Elu en vampire. Fort heureusement, ou malheureusement, Nathaniel est un monstre d’intelligence. Il est prudent, je sais que personne ne pourra le piéger. Cette blondinette qui lui a déjà parlé avec hargne plusieurs fois n’y parviendra pas, même avec l’aide précieuse de son amie brune. Cette jolie demoiselle qui ne le laisse pas indifférent. Mon fils amoureux d’une mortelle. Je comprends à présent pourquoi nos semblables le rebutaient. Il fait partie de ceux qui ne sont l’homme que d’une seule femme. Et cette femme, c’est elle.

Je l’ai suivi ce soir. Pourquoi aujourd’hui plutôt qu’un autre jour. Moi même je n’en sais rien. Peut être me manque t’il trop, peut être n’en puis je plus de rester loin de mon fils bien aimé. Quelque chose a changé en lui, je le vois dans son comportement, mais je suis incapable de dire ce qui en est la cause. Je le vois emmener cette jeune femme. J’esquisse un sourire. Il est plus humain que la plupart d’entre nous, cependant il n’en oublie pas pour autant ses instincts les plus primaires. Je ne suis pas un voyeur, et le regarder se nourrir ne m’apprendra rien. Ce qui me fait réaliser que moi aussi, je meurs de faim. Une autre malheureuse qui verra sa vie raccourcie par mes bons soins. Je m’apprêtais à rentrer quand j’ai senti son odeur. Nathaniel est là, il est tout près. Il est grand temps que je saute le pas, que je me montre à lui sous un nouveau jour. Je le trouve dans cette ruelle sordide. Avec cette femme à demi nue. Nathaniel, Nathaniel… Comment as tu pu tomber aussi bas ? Avant que je ne réalise qu’elle est comme nous. La façon dont il la touche. Il l’aime. Il a fait d’elle sa compagne. J’avoue n’avoir jamais compris comment un homme, ou un vampire, pouvait se réserver pour une seule. Les femmes sont si agréables, c’est un pêché de ne pas goûter à chacune d’entre elles.

« Bonsoir, Nathaniel. »

Le jeune couple sursaute. La brunette ramasse son haut en hâte, le remettant en me tournant le dos, avant de revenir se coller contre lui. Nathaniel, par contre, n’a pas pris la peine de refermer sa chemise. La lumière blafarde d’un lampadaire éclaire son visage parfait lorsqu’il se rapproche. Il n’a pas changé, toujours aussi parfait. La jeune femme reste derrière lui. Il semble vouloir la protéger. Comme si j’allais tenter quoi que ce soit contre l’une des nôtres. Son regard azur me fixe avec suspicion. Tout comme les yeux pâles de sa compagne. Je l’observe. Elle est très jeune. Tout aussi parfaite que lui. Elle murmure quelques mots à son oreille mais j’entends comme si elle avait parlé à voix haute. Nathaniel hausse les épaules. Il ne sait pas plus qu’elle qui je suis. Inutile de lui cacher plus longtemps qui je suis. Après tout, c’est bien pour le lui révéler que je suis ici.

« Autrefois, je n’avais pas cette apparence. La première fois que je t’ai vu, tu n’étais pas plus âgé que ta délicieuse mie, et tu te mourrais. Te souviens tu Nathaniel ? »

Il est surpris. Même s’il ne l’a pas montré. Il n’a jamais vraiment montré ce qu’il ressentait. Je sens subitement mon cœur se déchirer. Se pourrait il qu’il ne soit pas ravi de me revoir ? Se pourrait il que ce soit moi qu’il ait fui, et non pas cette vie dont il n’avait jamais voulu ? Sa compagne a senti son trouble. Elle le connaît aussi bien que moi, alors qu’elle ne l’a pas autant côtoyé que moi. Je la regarde poser délicatement une main sur l’avant bras de mon fils. Je n’aurais jamais cru que deux êtres, quelle que soit leur race, pouvaient autant s’aimer. Jamais je n’ai pu l’apaiser comme elle est en train de le faire. Je me suis toujours demandé qui choisissait les Elus. Dieu, Lucifer ? Je n’ai jamais cru en la religion. Je ne suis pas sûr qu’il y ait réellement une ou plusieurs entités supérieures. Les humains ont simplement besoin de croire en quelque chose. Le jeune couple me fixe à présent.

« Allons, un fils peut il vraiment oublier son père ? Je t’ai cherché si longtemps. Sais tu à quel point tu m’as manqué ? A quel point j’étais inquiet ? »
Revenir en haut Aller en bas
Russel T. Bonham
Fangy Admin || Pull me Under
avatar

Nombre de messages : 323
Mood : Bloody
Powers : Everything burns in my hands 'cause I can control and creat fire
Date d'inscription : 02/09/2007

Beyond Eternally
RELATIONSHIPS:
CLAN: The fucking manipulated ones

MessageSujet: Re: • The Kill {PV}   Dim 20 Jan - 16:10

Ses mains avaient glissées sous ma chemise, agrippant mes épaules au moment où mes crocs pénétrèrent dans sa chair. Ses ongles aussi sont venus se planter dans ma peau, j’en ai tressaillit. Douleur, ou plaisir? Les deux. Pour nous, ces deux sensations contradictoires vont ensembles. Elle a eu l’air étonné quand je l’ai mordu, pas étonnant, les restes de sa vie de mortelle sont toujours trop présents en elle pour qu’elle ne s’étonne pas de mon geste. Je t’apprendrais cela aussi, comme tu me l’as appris il y a deux semaines. Je n’ai pas bu, ou du moins pas beaucoup. Mes lèvres ensanglantées ont quittés sa gorge, venant retrouvés les siennes dans un baiser tendre et violent à la fois. Mes mains sont revenus dans son dos, le caressant doucement, remontant de temps en temps, venant se perdre dans la courbe de ses reins, glissant un peu plus bas quand l’envie me prenait. Je l’avoue, j’ai déjà partagé la ‘couche’ d’autre vampires, hommes ou femmes peut m’importait à l’époque. Ce que j’avais ressentit dans les bras d’Helena, j’avais besoin de le sentir, encore et encore. Ce baiser, cette morsure plus intenses que les autres, j’ai eu besoin de les éprouver pendant un long moment. Mais aucuns n’avaient sa saveur. Leur saveur. Leah lui ressemble. Inconsciemment j’ai choisis celle qui ressemblait le plus à Helena, je me suis donné à cette femme qui maintenant m’obsède. J’ai attendu, un siècle c’est vrai, avant de connaître ce plaisir mortel que tout le monde autour de moi avait déjà connu. Sans le vouloir, je m’étais ‘réservé’ à une seule. Comment ai-je pu savoir que Leah était cette femme, je l’ignore, mais je sais que c’est elle. Maintenant qu’elle est comme moi, j’en suis encore plus persuader…

Je l’ai sentit. Une fois encore cette odeur étrange qui me tord les entrailles. Cette fois elle est proche. Pourtant je ne me suis pas détaché de Leah, j’ai commencé, je recherche cette jouissance depuis trop longtemps pour la laisser passer maintenant, à cause d’une simple odeur qui n’est que le reflet de mon passé, et surtout, le fruit de mon imagination. Je n’ai pas entendu les bruits de pas, il faut dire que, même avec des sens comme les miens, il m’est difficile de repérer l’arrivée de l’un des notre facilement. En tout cas, celui qui vient d’arriver est plus malin que les autres. J’ai sursauté, sans le vouloir en entendant mon nom. J’ai lâché Leah, quittant une nouvelle fois sa gorge, me tournant d’un geste brusque vers l’intrus qui a osé nous déranger. Il est interdit pour un vampire de mettre fin à la vie d’un de ses congénères, j’avoue qu’à ce moment précis, j’ai bien envie de réduire cet importun en pièce. Quel risque je prend à le tuer? Me faire tuer en retour par un vampire de race supérieur? Par un sang pure peut être? Ils ont autre chose à faire que de s’occuper d’un assassinat de vampire de bas étage, et de toute façon, ils ne sont plus assez nombreux pour s’occuper de tous les cas de ce genre. Je l’ai vu, quand Helena m’a permis de boire son sang. Suis-je différent, moi qui ai goutté le sang, d’un vampire de haut rang, d’un sang pur? Je n’en ai aucune idée, et j’avoue ne pas trop m’en inquiété. Leah est revenue se coller contre moi, moi qui en geste purement défensif vient de mettre un bras devant elle, la forçant à se ‘cacher’ derrière moi.

Les mots qui vinrent briser le silence qui s’était installé entre nous, me surprirent. Comment peut-il savoir une telle chose? Serait-ce.. Celui que j’ai tenté de fuir pendant ces longues années? J’avoue ne pas le reconnaître, est-il possible pour nous de changer d’apparence? Apparemment oui. Les battements de mon cœur qui avaient réussit à se calmer, reprirent leur course de plus belle, frappant comme des forcenés contre ma poitrine. Je suis déchiré entre deux sentiments, d’un côté je suis content de le revoir, de l’autre j’ai bien envie de lui sauter à la gorge et de le vider de son sang. J’ai accepté ce que je suis, du moins en surface. En profondeur je me déteste toujours autant. Je le déteste toujours autant pour ce qu’il a pu me faire. Je n’ai fait que jeter un léger coup d’œil à la main de Leah qui s’est posée sur mon bras, mon regard ne quittant pas plus d’une seconde celui de mon ‘père’. J’ai finalement attrapé la main de Leah, enlaçant mes doigts avec les siens.


"Je ne t’ai pas oublié. Pourtant j’avoue avoir souhaité pouvoir le faire certaines fois, père. Je sais tout cela, ton esprit est si facile à pénétrer" Froid. C’est ce que je suis. Je n’avais jamais eu le courage de me rebeller jusqu’au jour où nous sommes partis en Italie. Je le respecte, comme un fils doit respecter son père, comme un élève doit respecter son maître. Et pourtant, je n’ai aucunement envie de me montrer ‘amical’ avec lui. Il en souffre, je le sens. Parfait, j’ai souffert, à son tour.
"Comment m’as-tu trouvé?" J’avoue que cela m’intrigue, j’ai tout fait pour le fuir, pour l’empêcher de trouver facilement ma trace, et là, par le plus grand des hasard, il est devant moi. Pour une soirée qui avait bien commencé, et qui devait bien se finir, il vient de tout gâcher…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: • The Kill {PV}   Dim 20 Jan - 18:36

Comment un enfant peut il être si cruel avec la personne qui l’aime le plus au monde ? Nathaniel n’est pas comme les autres. Se rend il seulement du mal qu’il me fait ? Visiblement, oui, et il s’en délecte. Je vois sa jeune compagne froncer les sourcils. Lui aurait il caché certaines choses ? Apparemment, oui. Il lui a pris la main. Ne me ferais tu pas confiance, Nathaniel ? Penses tu sincèrement que je vais tenter de te ravir ton aimée ? Je dois reconnaître qu’elle est plus que délicieuse, mais je ne pourrais faire ça à mon propre fils. D’autant que je lis dans son regard une détermination qui fera d’elle une grande vampire. Tu as bien choisi mon garçon, je suis fier de toi malgré la cruauté avec laquelle tu me traites. Je vois bien ta contrariété, Nathaniel, mais ce n’est rien face à celle de ta douce. Elle me foudroie du regard. Je ne peux ignorer son autre main qui caresse doucement l’épaule de mon fils. Je dois me méfier d’elle. Elle pourra faire ce qu’elle veut de lui, il sera incapable de lui dire non. Ça ne fait que peu de temps, et il est déjà incapable de lui résister, qu’est ce que cela sera au bout de plusieurs siècles ? Je préfère ne pas y penser pour le moment, chaque chose en son temps.

Mon fils est télépathe. C’est tout récent ça. Peu importe. J’ai côtoyé de nombreux télépathes. Malheureusement pour lui, il ne lira plus rien dans mon esprit. La douleur qu’il m’inflige sera la dernière qu’il verra. J’ai horreur qu’on fasse ça, et je ne risque pas de laisser faire Nathaniel. Je dois garder toutes mes cartes secrètes. Comment l’ai je trouvé ? Même s’il ne peut plus lire dans mon esprit, il me connaît bien assez pour se rendre compte que je mens. Autant dire la vérité, qu’ai je à perdre ? Certainement pas autant que lui. Je réponds avec un léger sourire, mon regard ne quittant pas sa dulcinée. Pardon mon fils, mais ton bonheur est la seule chose qui m’importe, et elle n’est pas bonne pour toi.

« Je t’ai cherché, et puis un jour, j’ai fini par arrêter. C’était trop douloureux pour moi de sans cesse arriver trop tard. J’ai fini par poser mes bagages ici. J’avais décidé de mettre fin à ma longue vie. Et puis je t’ai trouvé. Par hasard. J’ai longtemps hésité avant de reprendre contact. J’avais une seconde chance, alors je n’ai pas voulu la laisser passer. »
Je lui cache délibérément certaines choses, mais il ne le saura pas. Je me rapproche d’eux.

« Tu ne me présentes pas ta charmante amie ? » dis je. Elle me jette un regard suspicieux. Ah les femmes. Bien trop intelligentes et machiavéliques pour les pauvres créatures que nous sommes, nous les mâles.

« Mon nom est Leah Rose. » lâcha t’elle, le visage fermé. J’adore les femmes qui résistent. Hélas pour toi, beauté, aucune femme n’a jamais réussi à me résister très longtemps.

« Absolument charmant. Cela fait il longtemps que vous… Oh pardon, ça ne me regarde pas. » Je leur donne le dos, préparant une bombe qui risque d’être la première d’une longue liste. « Au fait, Helena te cherche elle aussi. Tu lui manques énormément. » dis je en me retournant. Comme je l’escomptais, la réaction de Leah Rose ne se fait point attendre. Elle lâche Nathaniel, le fixant avec colère.

« Qui est Helena ? Tu te payes ma tête depuis le début c’est ça ? Et après tu auras le culot de m’interdire quoi que ce soit ! » Elle s’apprête à partir, mais pour une raison que j’ignore, elle n’en fait rien, regardant Nate et attendant une réaction de sa part…


Dernière édition par le Sam 26 Jan - 22:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Russel T. Bonham
Fangy Admin || Pull me Under
avatar

Nombre de messages : 323
Mood : Bloody
Powers : Everything burns in my hands 'cause I can control and creat fire
Date d'inscription : 02/09/2007

Beyond Eternally
RELATIONSHIPS:
CLAN: The fucking manipulated ones

MessageSujet: Re: • The Kill {PV}   Dim 20 Jan - 19:18

Il est vrai, je me méfie de lui. Il a beau être mon créateur, et malgré tout le respect que je lui doit, je le connais suffisamment pour savoir ce qui peut se passer dans sa tête quand il pose son regard sur Leah. Je sais ce que je serais capable de faire, si un autre que moi avait le malheur de la toucher, serais-je capable d’agir de cette façon si il s’agissait de mon père? Cela m’effraye, mais oui. Même lui, je pourrais le détruire si il se permet de la toucher. Si je suis capable de le faire, et cela je n’en suis pas sûre. Je n’ai qu’un siècle, comparé à ses quatre siècles de vie, cela fait court, très court et me rend plus faible que je ne peut déjà l’être. J’essaye de ne pas réagie en sentant l’autre main de Leah me caresser l’épaule. Ce n’est pas le moment de s’adonner à ce genre de torture ma douce, ce n’est pas le moment pour moi de perdre l’esprit. Je devrais lui demander de nous laisser, l’obliger à retourner chez elle. Je devrais, et pourtant je suis incapable de le faire. Sa présence me rassure, me calme.
Jasper m’a fermé son esprit. L’imbécile! Tant pis, je vais devoir faire avec. Quoi que, je pourrais tout aussi bien tenté de percer sa ‘défense’ je l’ai déjà fait, mais le final a été assez.. Catastrophique. Le pauvre sorcier qui avait eu la bonne idée de me fermer son esprit, a vu son cerveau partir en fumée, tout cela juste parce que j’ai essayé de percer ses défenses. Du coup, je n’ai rien pu lire. Je peut être un vrai imbécile des fois, je m’étonne moi-même. Sa façon bien trop insistante de fixer Leah, commence à me taper sur les nerfs. Je me suis décalé de quelques centimètres sur le côté, dans le but de la cacher. Elle aussi a bougé, ma tentative se révélant vaine. Bon sang, Leah, si tu ne fais rien pour m’aider, on ne va pas y arriver.


"’Nathaniel, combien de fois devrais-je te dire que ce que tu t’évertues à faire est vain?’ Te t’en souviens? Comment t’y serais-tu pris pour mettre fin à tes jours, alors que je n’ai pas réussit à le faire? Tu aurais du arrêter tes recherches, cela t’aurais éviter de souffrir comme tu souffres en ce moment" Je suis resté aussi impassible. La part de vérité qu’il me cache m’intrigue, et le fait de ne pas pouvoir la lire dans son esprit m’agace. M’aurait-il suivit? M’aurait-il espionné pendant mes cours? Nikki… non, c’est trop évident pour être cela. Après tout, si il est revenu pour de bon, et maintenant qu’il m’a trouvé, j’aurais tout le temps de lui ‘parler’. J’ai reculé, geste instinctif, au moment où il s’est avancé vers nous. Je ne pensais pas pouvoir un jour devenir aussi méfiant face à lui. Un léger feulement s’est échappé de ma gorge, mon regard devenant plus noir qu’il ne pouvait l’être d’un seul coup. J’ai ouvert la bouche, mais Leah a été plus rapide que moi. Bien, maintenant que les présentations sont faites, il est temps pour elle de rentrer.
Je n’ai pas eu de le temps de dire ou faire quoi que se soit. La suite de la phrase de mon père, m’a fait le même effet qu’une morsure en plein sur la marque qu’il m’a laissé. Helena? J’ai froncé les sourcils, n’osant pas croire un seul instant qu’Helena puisse me chercher. C’était il y a soixante dix ans. Je n’étais rien pour elle, juste un ‘amant’ auquel elle donné son sang. Je ne suis rien pour elle. Leah aussi a réagit, sa colère se brisant contre moi. J’ai fermé les yeux, tentant de me calmer, de ne pas l’attraper et lui tordre le cou. Traître… Comment as-tu pu savoir ce qu’elle m’a fait? Elle qui ne t’avais plus vu depuis ton dernier séjour en Italie il y a trois siècles? J’ai finis par me tourner vers ma petite furie, posant mon regard sur elle, cherchant les mots pour lui expliquer qu’elle n’est rien pour moi, que je l’ai vu il y a presque une décennie, que la seule qui peut compter c’est elle. Ma fille… Ma compagne.


"Leah… Je ne me suis jamais payé ta tête. Helena est une.. Vampire, de sang pur. Je l’ai croisé il y a soixante dix ans à Budapest. Je.. nous avons… inutile de tout te dire, tu es assez futée pour comprendre" J’aurais dû éviter de tourner cela comme je viens de le faire tant pis. Le regard de Jasper qui me vrille le dos, me fait perdre mon sang froid, et me fais dire n’importe quoi. Je n’ai jamais réussit à être ‘moi’ quand il était près de moi. Il m’a toujours déstabilisé, il le sait, et il s’est toujours amusé de cela. J’ai poussé un soupir, baisant la tête un moment, n’osant pas croiser son regard pour l’instant.
"Tu as raison, je suis mal placé pour t’interdire quoi que se soit, j’en suis conscient…" Je me suis rapproché d’elle, laissant mon regard se perdre dans le sien. Je n’ai aucune envie de faire ce que je m’apprête à faire, mais la situation m’y oblige. Ma main a effleuré doucement sa tempe, descendant sur sa joue. Je ne peux pas m’en empêcher. J’ai finit par l’embrasser, avec une tendresse qui m’a surpris. Je lui expliquerais tout cela plus tard. *Tu vas rentrer chez toi Leah, je viendrais tout t’expliquer plus tard * Mes lèvres se sont doucement détachées des siennes. Son regard reflète toujours sa colère, mais je sais qu’elle s’est plus ou moins calmée. Sans demander son reste, elle fait volte-face et s’éloigne à grand pas. Bien, une chose de régler. Je dois m’occuper de celui qui est toujours planté derrière moi.

"Ca t’amuse? De revenir, et de te permettre de mettre sur le tapis une femme que je n’ai plus vu depuis presque un siècle?! Hein, Jasper?! Ca t’amuses de toujours te débrouiller pour me pourrir la vie?!" Là, c’est foutu, je voulais resté calme, je n’y tiens plus. Je l’ai attrapé par le col de sa chemise, le plaquant contre le mur avec toute la force dont je suis doté. Le pauvre mur, l’impact lui a fait perdre quelques briques.
"Autre chose. Tu as peut être réussit à faire douter Leah, mais crois moi, tu ne la toucheras pas. Je t’ai laissé faire du temps où je vivais encore avec toi, cette fois il est hors de question que tu me la prennes. Je me suis juré d’éliminer celui qui aura le malheur de la toucher, n’ai pas l’audace de croire que je reviendrais sur ma décision juste parce que tu es ‘mon père’" Jaloux.. Je ne l’ai jamais été. Et pourtant cette fois, je serais près à faire n’importe quoi pour elle. N’importe quoi, si jamais quelqu’un s’approche un peu trop près. Je n’ai pas lâché ma prise, bien au contraire. J’ai bien envie de le mordre d’ailleurs…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: • The Kill {PV}   Dim 20 Jan - 21:51

Nathaniel se méfie de moi. J’en serais presque vexé si je ne l’avais pas cherché. Il a toujours douté de ce que je disais, mais jamais de mon amour. A présent, il doute des deux. Plus pour très longtemps. En tous cas, j’ai envie d’y croire, même si la façon dont il vient de l’étreindre, l’embrassant avec une tendresse qui ne me plaît aucunement, ajoutée au fait qu’il me tourne le dos de façon ostentatoire. Il se recule enfin, et elle le fixe, toujours furieuse, mais toutefois cette colère ne semble dirigée contre lui. Elle me jette le plus haineux des regards avant de partir sans un regard en arrière. Qu’est ce que je peux haïr l’empathie de ce fichu vampire. Visiblement, Nathaniel n’a pas volé ce don, sinon il aurait compris, malgré sa télépathie, qu’elle ne compte nullement le laisser seul avec moi. Elle me considère comme une menace, tout comme je la considère comme un danger potentiel. Je sais qu’elle n’est pas loin, mais suffisamment pour que nous ne puissions pas la sentir. Enfin, enfin il s’est décidé à me regarder. Il a perdu son calme légendaire. J’ai toujours été le seul à y parvenir. Je ne me suis pas inquiété lorsqu’il a foncé sur moi en m’empoignant par le col. Peut être aurais je dû. Ce n’est plus un nouveau né, il a plus de cents années à son actif. Sa force me laisse coi. Je ne peux retenir le léger soupir de douleur lorsqu’il m’a placardé contre ce mur.

« Tu ne parviendras jamais à me tuer tant que tu auras ce genre de comportement. » Sa haine et sa jalousie sont comme une claque en pleine figure. J’ai largement sous estimé l’amour qu’il porte à Leah Rose. Je l’attrape à mon tour par le col, lui mettant une bonne droite avant de le plaquer tout aussi durement contre le mur. « N’oublie jamais qui je suis, tu m’entends ? Ce n’est pas parce que tu découvres l’amour que je vais pour autant te faire de cadeau, ai je été assez clair ? »

Je le lâche au bout de plusieurs minutes, le scrutant. Il n’a pas approuvé, pas plus qu’il n’est calmé. Il a changé. Enormément changé. Il n’est plus le jeune homme torturé qui ne voulait pas être celui que j’avais décidé qu’il soit. Est ce à cause de toutes ces morts ? Je me rends compte que son statut d’Elu a fait de lui un vampire comme il n’en existera probablement plus jamais. Ai je commis une erreur ? J’en doute. Cela a fait de lui un meurtrier, et après ? Je ne comprends pas pourquoi il méprise à ce point son statut de ‘monstre’ avec toutes les atrocités qu’il a commises. Mais peu importe.

« Ouvre donc les yeux. Depuis quand l’un des nôtres s’amourache t’il de la sorte ? Penses tu réellement qu’elle soit bénéfique à ta survie, à ton bien être ? Pourquoi l’as tu transformée, Nathaniel ? Parce que tu pensais qu’elle serait une vampire parfaite ? » Il baisse la tête, mais il n’a pas besoin de répondre. Je connais déjà la réponse. Il tourne le dos à l’entrée de la rue. Au loin, je vois la silhouette de Leah Rose qui observe, attendant probablement que mon fils sorte. Je repose mon regard sur lui, croisant ses splendides yeux bleus. Ne pouvait il donc pas aimer Helena ? De toute façon, il est trop tard. Il aime cette nouvelle née, et je ne pourrais rien y changer. Mais je ferais le maximum pour les séparer. Mon fils ne mérite rien de moins qu’une pure sang…


Dernière édition par le Sam 26 Jan - 22:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Russel T. Bonham
Fangy Admin || Pull me Under
avatar

Nombre de messages : 323
Mood : Bloody
Powers : Everything burns in my hands 'cause I can control and creat fire
Date d'inscription : 02/09/2007

Beyond Eternally
RELATIONSHIPS:
CLAN: The fucking manipulated ones

MessageSujet: Re: • The Kill {PV}   Dim 20 Jan - 22:28

J’ai lu de la stupeur dans son regard au moment où son dos vint se fracasser contre le mur. Il m’a toujours sous-estimé, je pensais que c’était une façon détournée de montrer à quel point il pouvait être fier de moi, une façon de me donner envie de me surpasser. J’ai honte d’avoir eu l’audace de penser une telle chose. Il me prenait toujours pour un nouveau né, pour un de ces monstres sans forces qui se laissent faire, s’abaissant, rampant à quatre pattes devant plus forts qu’eux au moindre problème. Je ne fais plus partis de ce genre de monstres. Depuis le jour où je t’ai quitté Jasper, depuis le jour où Helena m’a offert son sang, je me suis enfin fait à cette nouvelle qui était mienne. Dans un sens, je suis même devenu plus puissant que toi. Le sang d’une sang pure coulant dans mes veines. L’élève a surpasser le maître… Je m’en doute. Il va falloir que je revois mes tactiques si je veux le supprimer. Les risques que je peux encourir je m’en fiche. Maître ou non, il est devenu pour moi une menace dès que son regard s’est posé sur Leah. Je l’ai sous-estimé aussi en fin de compte. Le coup qu’il vient de me donner, m’a fait plus mal que je ne l’aurais cru. Comme c’est pathétique quand même. Qui aurait pu croire qu’un jour, nous finirions par nous ‘battre’ juste parce que l’un d’entre nous est aveuglé par son amour? Je n’aurais jamais pensé cela, et si on me l’avait dit il y a quelques années, j’aurais certainement éclaté de rire. Je n’ai pu m’empêcher de faire une légère grimace sur le coup de la douleur, fermant un instant les yeux en sentant le mur contre mon dos. Il a du utiliser la même force que moi, je comprend maintenant pourquoi ses os ont craqué de la sorte, les miens n’ont pas mieux résisté à l’impact.

"Ne t’inquiètes pas, je n’oublierais pas qui tu es. Tu resteras celui qui m’a volé ma vie. Celui qui m’a fait devenir le monstre que je suis aujourd’hui" Soufflais-je en reposant mon regard sur lui. Ne pas me faire de cadeau? Mais mon cher père, je n’en attendais pas moins de toi. J’ai esquissé un léger sourire en coin, sourire qui lui fit comprendre sans l’ombre d’un doute, les pensées qui pouvaient me traverser l’esprit. Qu’il s’interpose, ou fasse quoi que se soit d’autre, je n’attend que cela. Il a enfin finit par me lâcher, reculant de quelques pas. Moi je suis resté contre le mur, laissant ma tête s’y reposer un instant, fixant le ciel d’un noir d’encre qui se découpe entre les deux immeubles. Après avoir poussé un léger soupir, je me détache enfin de ce mur pourri, m’avançant légèrement dans la ruelle, tournant le dos à la rue principale. Elle a beau être loin, je sens son regard d’azur dans mon dos. Leah, je t’avais ordonné de rentrer chez toi. De m’attendre là bas. Pourquoi es-tu restée ici? Je ne risque rien face à lui, il n’aura pas le courage de me tuer, du moins je l’espère sincèrement. Je l’ai écouté sans rien dire, me contentant de baisser la tête en guise de ‘réponse’. Je préfère garder le silence pour le moment.
"Contrairement à certain, je n’ai jamais eu l’audace de penser qu’elle pourrait devenir une vampire parfaite. La perfection n’existe pas Jasper, toi, mieux que quiconque tu devrais le savoir. Si je l’ai transformé c’est parce que, sans le vouloir, j’avais déclenché le processus de transformation. Si je l’ai transformé, c’est parce qu’elle me l’a demandé. Elle a choisis de devenir ce qu’elle est, elle!" J’ai reposé mon regard sur lui. Regard d’ordinaire si pâle, qui commence doucement à virer au noir. Je sais ce qu’il pense, sans avoir besoin de sonder son esprit. Je n’aurais jamais dû m’abandonner dans ces bras de marbres comme je l’ai fait. Je n’aurais jamais dû me laisser charmer parce ces yeux d’ambres. Les nouveaux-nés sont faibles, c’est bien connu. "Je sais ce que tu penses. Helena n’a jamais voulu que je devienne son compagnon, je l’ai vu dans ses yeux, pour elle je n’étais rien qu’un ‘compagnon’ de jeu. Cesse de te dire que cela aurait été mieux. N’essaye pas de changer quoi que se soit entre Leah et moi, juste parce que à tes yeux, elle n’est pas digne de moi" Je devrais faire demi-tour, le laisser là au milieu de cette ruelle pourrie avec comme seule compagnie le cadavre du ‘compagnon’ de Leah. Je l’avais oublié ce cadavre à la noix. Je devrais accompagner ma bien aimée à chacune de ses chasses pour effacer les traces. Je n’ai pas cessé de le fixer de ce regard noir. J’ai esquissé un geste de la main, à peine visible mais suffisant pour faire s’embraser le corps de l’alcoolique de service. Jasper n’a rien fit, il n’a pas bougé, pourtant je sais qu’il est légèrement surpris. J’ai éclaté de rire. "Tu ne pensais quand même pas que je n’étais qu’un simple télépathe?" Mon hilarité a redoublé de plus belle devant son air quelque peu incrédule. Jasper si tu voyais ta tête, les traits de pantins pathétique de celui a qui tu as volé le corps sont si ridicules. Honnêtement je préférais ton ancien corps, mais bon. Je dois me calmer, mais j’avoue avoir du mal à stopper cette crise d’hilarité...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: • The Kill {PV}   Lun 21 Jan - 3:45

Leah n’avait pas perdu une miette de ce qu’il s’était passé. Elle n’était pas sûre de s’être suffisamment éloignée pour que Nathaniel ne la sente pas. En tous cas, l’autre vampire, son ‘père’, il savait qu’elle était toujours là. Il la fixait, visiblement ravi. Elle serra les points, se retenant de foncer comme une furie et de lui dire sa façon de penser à coups de pieds dans le service trois pièces. Elle n’entendait pas ce qu’ils se disaient, mais elle voyait bien aux gestes de Nate qu’il était fou de rage. Ce qui l’inquiétait au plus haut point. Il ne s’énervait jamais, pour une quelconque raison que ce soit. Bien que, d’après ce qu’il lui avait dit ce soir là, il aurait parfaitement pu piquer une crise de jalousie. Sauf que là, ce n’était certainement pas ça. Elle tapa du pied sur le trottoir, se retenant encore une fois de courir rejoindre son compagnon. Elle réalisa tout d’un coup que les deux hommes étaient en train de se disputer. Nathaniel avait lentement reculé vers l’issue de la rue, à l’endroit où elle rejoignait le grand boulevard. Vu la façon dont ils ‘discutaient’, elle avait terriblement que Jasper ne s’en prenne au jeune homme. Elle sursauta légèrement en voyant une faible lueur bleutée illuminer brièvement l’endroit où ils se tenaient. Fort heureusement, personne n’avait rien remarqué. Elle fronça les sourcils en entendant un éclat de rire qui ressemblait fort à celui de Nate. Une écoute rapide et plus approfondie l’informa que c’était bien lui. Elle traversa, perplexe et retrouva les deux hommes. Jasper fixait son fils, tout aussi perplexe que Leah.

« Nate… Calme toi… » murmura t’elle plus pour elle que pour lui.

« Allons ma jolie, venez avec moi. » lâcha Jasper en attrapant la jeune femme par la taille. « Je crois qu’il a besoin de se dégriser l’esprit un instant. »

Leah posa son regard clair sur Jasper. Un regard rempli d’incompréhension. Elle ne pouvait pas voir Nate, mais il ne riait plus à présent. Jasper lui prit la main, la baisant délicatement.

« Mille excuses ma mie, je ne suis qu’un rustre, je ne me suis pas présenté. Jasper, pour vous servir, délicieuse créature. »

La jeune femme retira sèchement sa main, avant de repousser le vampire. Elle se retourna à temps pour voir Nate foncer vers son père. Elle se mit entre eux, jetant un regard glacial à son compagnon. Sa colère sembla retomber et il se figea, fixant Leah avec une légère surprise. Cette dernière secoua la tête, avant de venir se blottir contre lui, fixant Jasper avec hauteur.

« Il n’en vaut pas la peine mon amour. Que gagnerais tu à t’abaisser à son niveau ? »
Elle releva la tête vers Nate. Il semblait perdu, mais elle savait qu’il l’écouterait. Jasper avait peut être eu une emprise sur lui autrefois, mais c’était terminé à présent. Elle ne savait pas ce que ce soi disant père lui avait infligé, mais ce dont elle était sûre, c’était que Nate en avait souffert. Désormais, quiconque lui ferait du mal risquerait sa vie. Aussi longue eut elle été…
Revenir en haut Aller en bas
Russel T. Bonham
Fangy Admin || Pull me Under
avatar

Nombre de messages : 323
Mood : Bloody
Powers : Everything burns in my hands 'cause I can control and creat fire
Date d'inscription : 02/09/2007

Beyond Eternally
RELATIONSHIPS:
CLAN: The fucking manipulated ones

MessageSujet: Re: • The Kill {PV}   Lun 21 Jan - 15:11

C’est bien la première fois qu’une telle crise de fou rire s’empare de moi. J’aurais du me retenir, choisir la carte de la discrétion et tenter de parler le plus bas possible. Mais après tout, nous ne sommes pas les seuls à nous disputer dans ce genre d’endroits, les ‘engueulades’ entre drogués et dealers et autres créatures vivants dans les bas quartiers sont courantes. Une de plus, une de moins, ce n’est pas cela qui risque d’attirer l’intention. Jasper ne me comprend pas, son regard m’amuse encore plus. J’en ai mal aux côtes à force de rire. Je n’ai même pas entendu Leah revenir vers nous. Sa voix me calma un instant, faisant passer mon rire au rang de rire plus ou moins silencieux. Me calmer? Mais je n’ai jamais été aussi calme de toute ma longue vie. Ou peut-être pas en fait. La voix cristalline de ma compagne n’avait pas réussit à me calmer, celle de Jasper elle me fit l’effet d’une douche froide. J’avais déjà vu rouge un peu plus tôt dans la soirée, quand l’alcoolique avait posé ses charmantes mains sur les hanches de Leah. Les mains de Jasper sont trop mal placées et arrivent à me faire retrouver mon calme et mon sérieux. Non mais je rêve. Vous direz, ce ne sera pas la première fois qu’il tentera de me voler une créature qui me plait. Il l’a déjà, tant de fois que je ne les comptais plus à force. Serais-tu jaloux? Jaloux parce qu’Helena m’a choisis moi, et non pas toi, son ami de longue date? Te serais-tu rabaissé à mon niveau? Jasper tu deviens pathétique, je t’assures.
J’ai serrer les poings, si fortement que mes ongles pénétrèrent la chair de mes paumes, tant pis. Plic, plic… Le sang, encore. Cette odeur, ma propre odeur. Je n’ai fait que jeter un simple coup d’œil aux tâches écarlates qui tâchent le sol, mon regard se reposant directement sur ce ‘couple’ qui me révulse.

Elle ne s’est pas laissé faire. Voilà pourquoi je l’ai choisis Jasper. Je sais qu’elle est capable de résister au charme qu’exercent ceux de notre race. Je sais qu’elle ne me feras jamais du tort. Tout comme elle sait, que je ne ferais jamais rien qui pourrait la faire souffrir. Voilà pourquoi, j’ai préféré attendre, au lieu de changer de partenaire tous les soirs. En y réfléchissant bien, elle est, plus parfaite que je ne le serais jamais. Dans un sens, oui, tu as raison, je l’ai choisis parce que je savais qu’elle serait parfaite. A mes yeux, elle le sera toujours et quoi qu’elle fasse. Malgré le fait qu’elle ne se soit pas laissé faire, je n’avais qu’une envie, le réduite en pièce, une nouvelle fois je me suis jeté sur lui. Ou du moins, j’aurais pu me jeter sur lui, si elle ne s’était pas interposée. La colère m’aveugle un peu trop depuis un certain temps. Le regard qu’elle m’a lancé m’a calmé d’un seul coup. Je me suis figé, mon regard se détachant de mon père pour se poser sur elle. Ma douce.. toi seule arrive à avoir un tel impact sur moi. Celui qui se tient devant toi, a essayé de m’apprivoiser, de ne retenir, en vain. Toi, un simple regard, un simple mot, est suffisant pour que je m’arrête.

"Rien. Tu as raison, pardonnes moi Leah, je me suis laissé emporté un peu trop facilement" Murmurai-je en passant mon bras autour de ses épaules, l’attirant un peu plus contre moi, mon regard se perdant un court instant dans le sien, avant de se reposer sur celui qui n’a pas bougé et qui nous fixe. "Bien père… j’ai été ravi de te revoir. Je suppose que, maintenant que tu m’as retrouvé, je devrais m’attendre à croisé ta route assez souvent" J’en suis navré d’ailleurs. La simple pensée de savoir que je risque de le revoir me fait frissonner. La prochaine fois, je serais capable de me contrôler. Je sais, ou du moins crois connaître, le moyen de mettre un terme à la vie d’un monstre. Cela me désole de devoir en arriver, mais mon créateur est aujourd’hui devenu une menace pour moi. "Par contre, la prochaine fois que nos routes se croiseront, n’espère pas t’en sentir aussi facilement... " J’ai esquissé un léger sourire, sourire qui dévoila mes crocs l’espace d’un instant. Méfie toi… Je ne suis pas comme toi Jasper, je ne suis plus un vampire ‘normal’ comme tu peux l’être. Je me suis détaché de Leah, faisant volte-face en prenant sa main dans la mienne, m’éloignant sans un regard en arrière, quittant cette rue sordide pour rentrer. Vu l’heure qu’il est je devrais retourné à la résidence pour éviter que mon absence ne devienne suspecte. Mais d’un autre côté je ne peux me résoudre à la laisser seule…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: • The Kill {PV}   

Revenir en haut Aller en bas
 
• The Kill {PV}
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Magazine Carna84 en ligne 100% no-kill 100% gratuit
» NO KILL DE SABARAT
» Objectif ouverture.
» Votre pêche de Juin
» Newsletter pêche Ariège

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
S.trange L.inks || t.o.o. d.a.z.e. g.o.n.e  :: Dix Est Infini :: Old Subjects-
Sauter vers: