AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chase S. Dixon || Forever Cursed

Aller en bas 
AuteurMessage
Chase S. Dixon
Wolfy Admin|| Still playing with Dolls
avatar

Nombre de messages : 366
Age : 28
Mood : Wolfy
Powers : Illusions, Contrôle des esprit. Capacités d'un lycanthrope
Date d'inscription : 02/06/2007

Beyond Eternally
RELATIONSHIPS:
CLAN: Do I really belong to Hell? Yeas? Okay let's say yes

MessageSujet: Chase S. Dixon || Forever Cursed   Dim 15 Mar - 12:53

DIXON, Chase Seth Armand




Show us what you look like.


28 en apparence, 186 ans, La Nouvelle Orléans, Louisiane
FRANCO-AMERICAINE

Leader du groupe de rock en vogue du moment dont le nom est connu de tous.



YOU'RE SUCH A WEIRD MIND
Un tic, une manie, une phobie qui vous poursuit? Des qualités et des défauts qui vous rendent si unique?Dans cette partie, faites un résumé de la psychologie de votre personnage. Dîtes-nous tout ce qui vous passe par la tête, ce qui est le frappant chez lui, son trait de caractère qui le rend unique. Un minimum de dix lignes est demandé, bien sûr vous pouvez faire plus.


YOU HAVEN'T SAID EVERYTHING?
Chase a été flic il y a deux ans, membre de l'enquête concernant Nikki, il a toujours plus ou moins son poste d'ailleurs.
Chase est aussi un artiste talentueux, compositeur, chanteur et instrumentiste de talent, il a gardé ce trait de caractère de l'Armand qu'il pouvait être il y a un siècle.
De plus il a, sur le torse du côté gauche, cinq grandes cicatrices qui s'entrecroisent, souvenirs laissés par la dague de son père.


    YES SWEETY BE EVIL
    Don(s):
    De par sa nature démoniaque, Chase est un illusionniste. Il est capable de s'introduire dans l'esprit de sa victime et de lui faire voir, et croire à peu près tout ce qu'il désire, établissant de ce fait un lien psychique très fort avec sa victime, il est alors capable de contrôler le moindre de ses faits et gestes ainsi que ses pensées, pendant un cours laps de temps.
    De plus, étant maudit pour l'éternité, il est capable de se transformer en loup et possède donc toutes les capacités que l'on peut associer à un loup garou sans pour autant en être vraiment un.


TAKE EVERYTHING OFF... LET'S HAVE FUN BABY
PSEUDO: Chupy, Puppy, Shadow...
AGE: 18 balais

AVATAR:Jared Leto <3

COMMENT AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM? Pitou... Il y a tellement longtemps que je ne m'en souviens plus niark niark
COMMENTAIRE(S)? Nope nope


Dernière édition par Chase S. Dixon le Dim 3 Mai - 10:27, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chase S. Dixon
Wolfy Admin|| Still playing with Dolls
avatar

Nombre de messages : 366
Age : 28
Mood : Wolfy
Powers : Illusions, Contrôle des esprit. Capacités d'un lycanthrope
Date d'inscription : 02/06/2007

Beyond Eternally
RELATIONSHIPS:
CLAN: Do I really belong to Hell? Yeas? Okay let's say yes

MessageSujet: Re: Chase S. Dixon || Forever Cursed   Sam 21 Mar - 18:30


YOU'RE SO HOT... TELL ME YOUR STORY HONEY



Il pleuvait cette nuit là… Je m’en souviens encore. Sa chaleur, ses soupirs, mes cheveux contre sa peau luisante. La pluie contre les carreaux…


Oui, cette pluie, seule témoin de ces ébats interdits qui n’auraient jamais dû être vu.
Oui, ce lourd rideau de velours écarlate qui manquait de se retrouver sur le sol, des doigts fins l’agrippant avec ardeur.


- Ne t’arrête pas… Continue….
Comment elle avait fait pour murmurer ces suppliques alors qu’elle mourrait d’envie de hurler, de laisser son plaisir envahir cette maison vide et sans âme?
Fermant les yeux, Sybille s’agrippa un peu plus au rideau, les mains de son fils sur ses hanches la faisaient brûler, le sentir en elle, si intensément la rendait ivre, ivre d’un plaisir qu’elle ne connaissait plus depuis longtemps. Elle s’était remariée au père de celui qui était en train de la prendre, dix ans plus tôt. A l’époque l’homme qui l’enlaçait à cet instant même était encore un adolescent, un enfant sortant tout juste de cet univers magique où les songes peuvent régner et voiler les yeux les plus sombres. Maintenant il était en âge de vivre sa vie, de partir loin de cette maison qui le dégoûtait, et pourtant il était toujours là, avec elle, à la laisser se glisser dans sa chambre, dans ses bras puissants.
Oui, elle aimait ces bras puissants, ce corps ardent qui la faisait se sentir femme.
Oui, elle aimait cette chaleur intense qui la traversait à chaque fois qu’il la touchait.

Elle n’avait pas pu s’empêcher de gémir, de lui faire savoir qu’elle avait finit par atteindre cette barre si haute. Elle l’atteignait toujours quand il l’étreignait de toute façon. Lui aussi avait finit par la rejoindre, elle l’avait sentit. Son corps contre le sien était devenu plus dur, son souffle s’était arrêté l’espace d’un instant. Elle se sentait si frêle dans ses bras, si menue contre ce torse immense et puissant. Comment un homme comme lui pouvait être le fils d’une loque comme son époux?
Toujours cette même question, elle en ignorait la réponse, mais au fond, elle ne voulait pas savoir. Il était là, à elle, il la tenait dans ses bras, la protégeant de tout. C’était l’essentiel. Le plus important.


Hurle mon nom.. vas-y, hurle le, hurle le pour que je me sente vivant…


- Armand….
Avait-elle entendu la supplique de son fils? Ou le violent coup de rein qu’il venait de lui donner l’avait suffisamment touchée pour qu’elle exprime sa douleur et son plaisir? Il avait soupiré dans son cou, ses lèvres s’étouffant contre sa peau de porcelaine. Elle, se rendant compte de ce qu’elle venait de faire, s’était mordu les siennes jusqu’au sang.
Ses mains avaient remonté le long de ses formes, forçant la jeune femme à tourner la tête. Les lèvres du cadet prirent possession de celles de l’aînée, le sang glissant d’une bouche à l’autre, les langues jouant avec ardeur. Elle s’était retrouvée face à lui, écrasée contre le mur par sa masse imposante, ses doigts prisonniers de ceux de son fils, ses bras remontés au-dessus de sa tête.


- Armand… Qu’est-ce que tu…
Les caresses de son fils la rendaient folle. Ils étaient seuls depuis deux heures déjà. Son époux était sortit, mais elle savait qu’il finirait par revenir, et qu’ils devaient arrêter maintenant. Cependant, elle savait aussi que son fils était insatiable, comme elle, et que visiblement il n’avait aucunement l’intention de s’arrêter maintenant.

Ils n’avaient pas entendu le claquement sourd de la lourde porte de la maison, ni les pas lourds et peu précis qui résonnaient dans les escaliers de marbres.
Elle avait cru entendre quelque chose, mais les baisers brûlants d’Armand dans son cou lui avait fait perdre la tête, aussi pensa-t-elle avoir rêvé.
La porte du bureau s’ouvrit à la volée, laissant entrer un petit homme quelque peu bedonnant, le regard hagard et sombre. Ses lèvres déjà fines devinrent quasi inexistantes quand son regard d’homme d’affaires perfide se posa sur le couple étroitement enlacé, recouvert d’un voile argenté lunaire.
Ce qui lui passa par la tête à ce moment, personne ne serait capable de vraiment le dire, pas même lui. D’abord, il cru avoir rêvé, il allait mettre cette hallucination sordide sur le dos des vapeurs de teinture qu’il avait humé une bonne partie de la journée. Ensuite, il pensa sortir, fermer la porte pour ensuite la rouvrir dans l’unique but de se dire qu’il avait bel et bien rêvé.

Sybille repoussa Armand, remontant d’un geste vif son ample robe, tentant de refermer du mieux qu’elle le pouvait son corsage.


- Louis… Je peux t’expliquer.. Ce.. C’est…
Le concerné ne la regardait pas, la seule personne qu’il semblait vraiment voir était son fils. Dissimulé dans l’ombre, seul son regard d’acier brillait dans le noir. Un regard inhumain qui faisait frissonner le petit homme à chaque fois qu’il le croisait. Ce fils maudit qu’il n’avait pas voulu, ce monstre née d’une créature damnée qui n’a rien à faire sur terre. Sa mère Armand ne l’aura jamais connu. Louis avait payé un assassin pour mettre un terme à la vie de cette femme dès la naissance de son enfant. Il avait un descendant, il voulait simplement éviter les fausses rumeurs et autres racontars qui auraient pu entacher sa réputation naissante.
Le regard démoniaque n’avait pas quitté celui de son père. Rouge de rage, honteux d’avoir trouvé sa femme dans les bras de son propre fils, le marchand avait finit par reprendre ses esprits et par trouver la meilleure chose à faire. Sa petite main potelée avait attrapé la première chose qu’elle avait pu trouver : la petite dague qui servait à ouvrir les lettres. Ce petit objet avec lequel il n’avait cessé de se couper un nombre incalculable de fois.


- Louis… Tu ne…
- Depuis le début, je savais qu’un jour tu me ferais affront. Depuis le début je savais que te laisser en vie était une grave erreur. J’aurais dû te tuer, exactement comme j’ai fait tuer ta mère.
- Qu’est-ce que…
- Silence Sybille!
La jeune femme baissa la tête, ses mains dans son dos attrapant celles d’Armand. D’un geste purement instinctif, maternel, la jeune femme s’était interposée entre son époux et son amant. Lui n’avait pas bougé, serrant doucement les mains de sa ‘mère’ dans les siennes, tentant de contrôler la rage sourde qu’avait fait naître en lui les révélations de son père.
L’éclat argenté les surpris tous les deux. Sybille avait vu ce qu’avait son époux dans la main, Armand lui n’avait pas réellement prêté attention à ce qui avait pu se passer, l’entrée de son père l’ayant quelque peu déstabilisé.


- Non.. Louis, non!
La tuer? Elle? Il en aurait été capable, d’ailleurs c’est ce qu’il aurait finit par faire, il y avait d’autres manières de punir un fils indigne après tout. Au fond, il n’avait pas envie de le tuer, il pourrait lui être utile, il avait un grand avenir dans le domaine des affaires, il le savait. Après tout la responsable, n’était que Sybille, c’était elle qui avait tenté son fils. Les femmes étaient à ses yeux des créatures maudites capables de réduire l’homme le plus vertueux en la pire des vermines qui soit.
La lame s’était enfoncée avec une facilité quasi déconcertante dans la chair. Le regard sombre de l’homme croisa l’éclat argenté des yeux de son fils. Ses mains serrant le poignet de son père, Armand, le souffle coupé sous le coup de la douleur qui lui avait traversé le torse, fixait l’encadrement de la porte au-dessus de l’épaule de son père.
Elle se tenait là, immobile, son visage angélique endormi encadré par ses belles boucles de jais. Lia avait tout vu, malheureuse spectatrice de la mort de celui qui devait devenir son mari le mois prochain.
Un mince filet de sang s’échappant d’entre ses lèvres crispées, Armant tomba à genoux, les mains serrant son sein comme si cela pouvait faire guérir la plaie. Il avait froid, et sentait ses forces se dissiper. Sans le savoir son père avait trouvé le moyen de tuer un démon. Un dernier regard vers Lia, puis vers celle qui avait été sienne quelques instants plus tôt.

Un long moment s’était écoulé. Ils étaient restés immobiles tous les trois dans le grand bureau, les deux femmes tentant de retenir leurs larmes, le petit homme regardant le corps sans vie de son fils d’un regard empli de remords et de tristesse


- Sortez! Toutes les deux sortez d’ici!
Lia avait compris ce qui avait pu être la cause d’un tel acte. La tenue de Sybille, et celle de son fiancé en disait long sur ce qui avait pu se passer dans cette pièce. Jetant un regard sombre à la jeune femme, Lia fit volte face, laissant ses larmes glisser le long de ses joues pour s’enfermer dans sa chambre et celle d’Armand.

A genoux devant son fils, son impeccable tenue baignant dans le sang de son enfant, le marchand enlaça la dépouille d’Armand, son regard horrifié fixant les profondes entailles qu’avaient laissé la dague dans la poitrine du jeune homme.
Son esprit embrumé tentait de trouver de l’aide auprès de ce Dieu en qui il n’avait jamais cru. Au fond de lui, il attendait un miracle, quelque chose, un acte inexpliqué qui pourrait lui rendre son fils.


- Je peux te le rendre
La voix caverneuse le fit sursauter. En face de lui, dans l’ombre, assis sur l’un des amples fauteuils, un homme se tenait là. Qui il était, à quoi il ressemblait, il ne pourrait le dire, seuls ses yeux brillaient dans la noirceur. Comme ceux de son fils, sauf que leur éclat était écarlate, inquiétant.

- Il sera tien jusqu’à ta mort, assassin à tes ordres, il ne pourra les refuser. Sache que quand ton heure sera arrivée, il sera libre et j’aurais tout le loisir de le faire mien.
Incapable de dire quoi que se soit, l’esprit belliqueux du marchand voyait déjà tout ce qu’il pourrait obtenir grâce à cette offre : un assassin à son servir, un démon qui plus est donc plus redoutable, du pouvoir et des richesses.
Un ‘oui’ de la tête fut suffisant. Le Seigneur des Enfers esquissa un sourire démoniaque, pervers, visiblement satisfait du pacte qu’il venait de sceller avec ce mortel stupide. Ce que ce mortel ignorait, c’est que les yeux métallique qui le fixaient à présent avec dureté n’étaient plus ceux de son fils mi-humain mi-démon, mais ceux d’un assassin démoniaque aux dons proches de ces monstres imaginaires qu’on appelait déjà loup garous...



***
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Chase S. Dixon || Forever Cursed
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Lampadaire] Felt Shade Tripod Stand par Tom Dixon
» [Lampe] Mirror Ball Pendants and Floor Lamps by Tom DIXON
» [Lampe à poser] Lampe de table Lean par Tom Dixon
» [ Fauteuil ] Mesh par Tom Dixon
» Chase-Durer Genève

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
S.trange L.inks || t.o.o. d.a.z.e. g.o.n.e  :: Inconvenient Ideal :: Glass Skins :: Ain't Afraid to Die-
Sauter vers: